POLITIQUE

Jean-François Lisée se lance dans la course à la direction du PQ

31/10/2014 05:06 EDT | Actualisé 31/10/2014 07:12 EDT
RCQC

Radio-Canada a appris que Jean-François Lisée sera officiellement candidat à la direction du Parti québécois (PQ). Il ira chercher lundi son bulletin de candidature.

Ses dépenses électorales commenceront alors à être comptabilisées, mais il devra aussi franchir plusieurs autres étapes. D'abord il doit amasser 2000 signatures dans 50 circonscriptions de la province d'ici le 30 janvier 2015. Il devra aussi donner 10 000 $ en dépôt auprès du parti.

Selon nos informations M. Lisée pourrait aussi présenter certains de ses appuis en vue de cette course lundi.

L'ancien conseiller de Jacques Parizeau lancera par ailleurs son livre ce même jour, au lendemain de son apparition à l'émission Tout le monde en parle dimanche soir.

La populaire émission a d'ailleurs mis en ligne un extrait d'entrevue avec l'aspirant chef dans lequel il annonce sa candidature.

Le long parcours d'un homme d'idées

Jean-François Lisée est député de Rosemont pour le Parti québécois depuis le 4 septembre 2012. Il avait été réélu le 7 avril 2014.

Au sein du gouvernement de Pauline Marois, il a été ministre des Relations internationales, de la Francophonie, du Commerce extérieur, de la Métropole et chargé des Relations avec les Anglo-Québécois.

Natif de Thetford Mines, Jean-François Lisée est diplômé de l'UQAM et il a étudié le journalisme à Paris.

À titre de journaliste, il a été correspondant à Washington pour La Presse, L'actualité et l'hebdo français L'Événement du jeudi. Il a également publié des textes d'opinion dans le Washington Post, le New York Times et l'International Herald Tribune.

Il est l'auteur de nombreux livres tels que Dans l'oeil de l'aigle (sur le mouvement souverainiste québécois tel que vu par les Américains), Le Tricheur et Le Naufrageur (sur la vie politique de Robert Bourassa)

Deux controverses

Depuis le début octobre, Jean-François Lisée a été mêlé à deux controverses : celle qui entoure la candidature possible de Pierre Karl Péladeau à la direction du PQ et celle concernant ses positions sur la charte des valeurs, projet que portait Bernard Drainville au sein du gouvernement de Pauline Marois.

D'une part, l'attaque menée par M. Lisée contre M. Péladeau est devenue source de malaise et de division au sein du caucus péquiste. Inquiet du fait que M. Péladeau demeure actionnaire de contrôle du groupe Québecor, Jean-François Lisée a critiqué en ces termes la candidature possible de M. Péladeau : « Si des gens ne voient pas aujourd'hui la bombe à retardement que c'est pour le Parti québécois, pour sa capacité de prendre le pouvoir, je serais le seul à le dire que je continuerai à le répéter ».

D'autre part, relativement à la charte des valeurs, Jean-François Lisée s'est dit favorable à l'adoption du document, mais avec un bémol. Pour qu'à ses yeux le projet soit acceptable, il aurait fallu que les employés actuels puissent continuer à arborer leurs symboles. Le port desdits symboles aurait été interdit aux nouveaux employés. Faute de quoi, a écrit Jean-François Lisée : « Je n'aurais pas voté pour cette loi. Je ne me serais pas abstenu. J'aurais voté contre », écrit-il dans son livre à paraître lundi.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?