NOUVELLES

La mort de Naima Rharouity au métro Fabre était accidentelle, conclut le coroner

30/10/2014 11:42 EDT | Actualisé 30/10/2014 11:43 EDT
SRC

Naima Rharouity, qui a trouvé la mort en janvier dernier dans un escalier mécanique de la station de métro Fabre, à Montréal, est morte de façon accidentelle, selon les conclusions du coroner Paul G. Dionne.

La dame de 47 ans, qui s'apprêtait à prendre le métro le 31 janvier dernier, après avoir été reconduire son enfant à la garderie, avait été retrouvée étouffée, au pied d'un escalier mécanique de la station Fabre. Selon les premières constatations, la femme avait été étranglée par son foulard qui s'était coincé dans les marches de l'escalier mécanique.

Des rumeurs voulant que la victime, une musulmane d'origine marocaine, eût reçu des menaces de mort ou qu'un témoin qui avait assisté à l'incident ait quitté les lieux précipitamment avaient créé passablement de remous atour de cette affaire survenu en pleine controverse sur le projet de Charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois.

Aucun témoin visuel de l'événement

Or, dans son rapport, le coroner Paul G. Dionne établit après avoir analysé les images des caméras de surveillance que personne ne se trouvait dans l'escalier avec Mme Rharouity lorsque ses vêtements se sont pris dans l'escalier mécanique.

Quant à la cause du décès, le coroner établit que la dame a été étranglée par ses vêtements et que son manteau, son foulard et ses cheveux ont été entraînés dans le mécanisme de l'escalier qui ne s'est pas arrêté à temps.

La femme a aussi subi des blessures importantes à la tête, notamment au cuir chevelu, causées par les dents des marches en acier.

Récit des événements

D'après le récit des événements rapportés par le coroner Dionne, Naima Rharouity se tenait debout dans l'escalier, un sac sur sa gauche, sa main droite était sur la rampe. Au moment où elle arrivait au bas de l'escalier, son sac a fait un mouvement brusque vers le bas.

Bien que les images n'aient pu capter sa chute, les pieds de la dame apparaissent ensuite au bas de l'escalier avant que celui-ci ne s'arrête automatiquement. Un usager du métro qui a emprunté l'escalier fixe dans les secondes qui suivent ne verra pas les pieds de la dame lorsqu'il arrivera en bas. Un autre usager qui le suivait a aperçu la dame quelques secondes après. C'est lui qui a alerté les secours, relate le coroner dans son rapport.

Le décès de Naima Rharouity a été constaté sur place par un médecin d'Urgences Santé.

Il est par conséquent impossible d'établir à partir des images disponibles, note le coroner Paul G. Dionne, si les vêtements de la dame se sont coincés en premier dans les marches de l'escalier, provoquant sa chute, ou si elle est tombée avant que ses vêtements ne se prennent dans les peignes des marches.

Le coroner note par ailleurs que cet escalier était fonctionnel et entretenu régulièrement par la Société de transport de Montréal. Cependant, quatre incidents impliquant des chutes ou des prises de vêtements se sont produits dans cet escalier depuis 2012, souligne le rapport.

Recommandations

Le coroner recommande par ailleurs à la STM de réviser et adapter son programme d'entretien des escaliers mécaniques du métro.

Le rapport recommande aussi de « mettre en place des activités de sensibilisation et de surveillance des usagers dans ses escaliers mobile ».

Le document demande finalement à la STM de mieux documenter les incidents qui surviennent dans ses escaliers mécaniques.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter