NOUVELLES

Un animateur de radio militant tué en ondes au Mexique

13/10/2014 01:20 EDT | Actualisé 13/12/2014 05:12 EST
Tomada de Noroeste de Sinaloa

Un animateur de radio mexicain et militant local a été tué samedi pendant son émission hebdomadaire, ont rapporté des procureurs de l'État de Sinaloa. Il s'agirait du premier meurtre en ondes au Mexique de mémoire d'homme.

La victime, Atilano Roman Tirado, était le leader d'un groupe d'environ 800 familles d'agriculteurs dont les terres ont été inondées durant la construction d'un barrage, il y a plusieurs années. Son groupe, les «déplacés de Picachos», le nom du barrage, réclame des compensations pour les terres perdues.

Les procureurs de l'État de Sinaloa, dans le nord du Mexique, ont expliqué dimanche que deux hommes armés sont entrés dans l'immeuble et ont demandé où se trouvait M. Roman Tirado. Un des hommes a attendu à l'extérieur du studio. L'autre est entré et a tiré sur l'animateur, qui est décédé à l'hôpital.

M. Roman Tirado avait une émission de variétés hebdomadaire à la station locale Fiesta Mexicana, dans le port de Mazatlan, sur la côte du Pacifique. Par les années passées, le mouvement a organisé des barrages et des marches de protestation, desquels ont résulté quelques arrestations.

Le mouvement était moins actif depuis quelques années, et Atilano Roman Tirado s'est consacré à d'autres occupations. À son plus fort, des leaders du groupe avaient reçu des appels de menaces de mort.

Le gouvernement avait fourni des maisons à des gens dont les villages avaient été inondés par la construction du barrage Picachos, qui a commencé en 2006. Néanmoins, les logements s'apparentaient à de minuscules cabanes.

Le gouvernement de l'État de Sinaloa, Mario Lopez Valdez, a déclaré dimanche que les meurtriers seraient punis.

Selon le procureur d'État, Marco Antonio Higuera, les tueurs ont utilisé un pistolet 9 millimètres. Il a précisé que les bureaux de la station n'étaient pas munis de caméras de surveillance.

Les attaques dans les stations de radio sont rares au Mexique, mais des journalistes et des photographes ont souvent été attaqués. Selon le comité de protection des journalistes basé à New York, 75 journalistes et travailleurs des médias ont été tués depuis 1992, dont la grande majorité travaillait pour des médias imprimés.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ils sont décédés en 2014