NOUVELLES

Un passager du vol 17 de la Malaysia Airlines portait un masque à oxygène

09/10/2014 12:06 EDT | Actualisé 09/12/2014 05:12 EST
DOMINIQUE FAGET via Getty Images
Ukrainian rescue workers carry the body of a victim on a stretcher through a wheat field at the site of the crash of a Malaysia Airlines plane carrying 298 people from Amsterdam to Kuala Lumpur in Grabove, in rebel-held east Ukraine, on July 19, 2014. Ukraine and pro-Russian insurgents agreed on July 19 to set up a security zone around the crash site of a Malaysian jet whose downing in the rebel-held east has drawn global condemnation of the Kremlin. Outraged world leaders have demanded Russia's immediate cooperation in a prompt and independent probe into the shooting down on July 17 of flight MH17 with 298 people on board. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET (Photo credit should read DOMINIQUE FAGET/AFP/Getty Images)

LA HAYE, Pays-Bas - Le corps d'un passager du vol 17 de la Malaysia Airlines portait un masque à oxygène quand il a été retrouvé, ont révélé jeudi les procureurs néerlandais, ce qui permet de se demander ce que savaient ceux à bord quand l'avion a été abattu au dessus de l'est de l'Ukraine.

Le masque ne se trouvait pas sur le visage du passager australien, mais la bande élastique était autour de son cou, a dit Wim de Bruin, le porte-parole du Bureau national néerlandais des procureurs, qui fait enquête dans ce dossier.

M. de Bruin a ajouté que les médecins légistes néerlandais n'ont pas détecté d'ADN, de salive ou d'empreintes digitales sur le masque. On ne sait donc pas quand et comment il s'est retrouvé autour du visage de la victime.

Il a indiqué qu'aucun autre corps retrouvé dans les décombres de l'appareil ne portait de masque.

Les 289 passagers et membres d'équipage ont perdu la vie quand l'avion qui se dirigeait vers Kuala Lumpur depuis Amsterdam a été abattu en plein vol, le 17 juillet. Les enquêteurs néerlandais ont affirmé qu'il a probablement été touché par un missile.


Écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter