NOUVELLES

LEGO mettra fin à son entente promotionnelle avec Shell

09/10/2014 10:53 EDT | Actualisé 09/12/2014 05:12 EST
Capture Youtube

MONTRÉAL - Un conflit impliquant le fabricant de jouets danois LEGO, la compagnie pétrolière Shell et le groupe environnementaliste Greenpeace vient de se conclure par la capitulation du géant des blocs de construction.

LEGO a en effet annoncé jeudi qu'il ne renouvellerait pas l'entente qui permet à Shell de donner des ensembles LEGO avec un achat d'essence dans ses stations-service d'une trentaine de pays.

La décision survient à la suite d'une campagne vidéo lancée par Greenpeace et devenue virale par la suite montrant une plateforme de forage de Shell dans l'Arctique, construite avec des blocs LEGO et couverte de pétrole.

«Il est évident qu'ils ont senti la chaise chauffer», a indiqué le porte-parole de la campagne arctique de Greenpeace, Diego Creimer.

«Ils se sont dit que leur partenariat avec Shell allait probablement leur faire perdre des clients à long terme. Donc, c'était vraiment efficace comme moyen de pression», a-t-il reconnu.

Le président-directeur général de LEGO, Vig Knudstorp, a indiqué par voie de communiqué que la compagnie ne voulait pas être mêlée à la campagne environnementale et que LEGO «n'aurait jamais dû être impliqué dans la dispute entre Greenpeace et Shell».

LEGO continuera d'honorer l'entente conclue avec Shell en 2011 — qui prévoit la distribution d'un jeu LEGO à l'achat de 30 litres d'essence — jusqu'à son expiration. La compagnie danoise n'a donné aucune précision sur la valeur ou la durée de l'entente en question. Shell affirme que la campagne est un succès et entend la mener à terme.

L'association entre Shell et LEGO remonte cependant à une cinquantaine d'années. De nombreux jouets LEGO tels que des camions, des pancartes de stations d'essence et un ensemble représentant justement une plateforme de forage, arborent le logo de Shell, une association tout à fait inappropriée, selon Diego Creimer.

«Il s'achetaient une licence sociale pour opérer à long terme et convaincre les enfants que Shell était quelque chose de bon, associé à quelque chose de positif comme la créativité, la construction, tandis que la vérité, c'est que Shell veut profiter du réchauffement climatique pour aller forer en Arctique», a-t-il dit.

Royal Dutch Shell PLC a en effet présenté des plans afin de réaliser des forages sur la côte arctique de l'Alaska, une pratique à laquelle Greenpeace s'oppose avec véhémence.

«L'Arctique est un endroit où il est extrêmement dangereux pour forer. Un déversement de pétrole aurait des conséquences catastrophiques», a fait valoir le militant écologiste.

Greenpeace estime que la décision de LEGO s'inscrit dans la foulée des politiques progressistes du géant danois du bloc de construction, qui s'est notamment engagé à produire davantage d'énergie renouvelable que celle qu'il utilise et à éliminer progressivement le pétrole de ses produits d'ici 2030.