POLITIQUE

Avec sa motion, la CAQ veut forcer PKP à choisir entre Québec et Québecor

07/10/2014 03:44 EDT | Actualisé 07/10/2014 04:16 EDT
PC

La CAQ a déposé une motion pour interdire à tout député de détenir une majorité d'actions dans une entreprise médiatique. La motion, dirigée contre le député péquiste Pierre Karl Péladeau, sera débattue mercredi à l'Assemblée nationale.

Le libellé de la motion dans sa première version demande « qu'un député, ou un membre de sa famille immédiate, ne puisse d'aucune façon détenir directement ou indirectement la majorité des actions ou une position de contrôle dans une entreprise médiatique ».

En conférence de presse cet après-midi, le chef de la CAQ François Legault a estimé que pour lui, « il est clair pour nous qu'il y a un conflit d'intérêts » tant que M. Péladeau détient la majorité des actions de son groupe médiatique.

« Une fiducie sans droit de regard ne réglerait pas le problème. »

— François Legault, chef de la CAQ

Pour M. Legault, qui a insisté sur l'indépendance des médias, on ne peut pas permettre qu'un politique contrôle les organes de presse.

La motion, si adoptée, viendrait modifier les dispositions du Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale.

Les libéraux de Philippe Couillard n'ont pas manquém eux aussi, de critiquer les péquistes, les accusant de faire preuve de « deux poids deux mesures » en faveur de Pierre Karl Péladeau, candidat potentiel à direction du PQ, qui a déjà dit qu'il n'avait pas l'intention de vendre ses actions.

Ce matin, le premier ministre Philippe Couillard y est également allé de son commentaire.

« Comment réagiraient-ils si un chef de parti adversaire pour eux détenait une part importante d'un grand groupe de presse? »

— Le chef libéral Philippe Couillard

M. Couillard a demandé aux députés du PQ de se soumettre aux mêmes critères éthiques.

En 2009, la députée péquiste Agnès Maltais s'était indignée de la situation du ministre libéral du Travail, David Whissell, même s'il avait confié à une fiducie sans droit de regard ses actions dans une entreprise familiale. M. Whissell avait fini par démissionner.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter