NOUVELLES

Les radars photo servent-ils d'épouvantail?

05/10/2014 04:37 EDT | Actualisé 27/01/2015 09:26 EST
Radio-Canada

Des automobilistes se plaignent d'être pris au piège par des radars photo mobiles installés près des chantiers de construction. Les appareils sont installés et désinstallés périodiquement, sans que la signalisation soit modifiée en conséquence.

Un texte de Hugo Lavallée

Sur l'autoroute 40 à Québec, des affiches préviennent les automobilistes qu'un radar photo les surveille. L'avertissement est installé en permanence, même si l'appareil n'y est pas en place systématiquement.

Les automobilistes s'habituent à ce qu'il n'y ait pas de surveillance et se font prendre lorsqu'il y en a, explique le président de Québec-Ticket, Karl Hamel, dont l'organisation défend des automobilistes pris en défaut. « Des gens [...] passent dans une zone de construction, il n'y a pas de radar photo, mais on signale qu'il y en a un quand même. Donc, c'est un peu tordu », dit-il.

Le ministère des Transports ne possède que deux appareils mobiles pour surveiller les neuf chantiers qui font l'objet d'une surveillance. Les deux appareils rapportent gros : en 2013, 30 824 constats ont été signifiés pour des amendes totalisant 8 011 924 $.

« C'est détourner la nature du radar photo mobile qui est là pour protéger les travailleurs et non pas pour faire une collecte d'argent; c'est de ça que les gens se plaignent », soutient Karl Hamel.

Depuis l'instauration des radars photo, tous les ministres des Transports qui se sont succédé ont pourtant promis la transparence la plus totale. Selon l'avocat Éric Lamontagne, Transports Québec devrait masquer la signalisation lorsqu'aucun radar photo n'est pas installé.

« C'est un manque flagrant de transparence de la part du gouvernement. Ça ne doit pas devenir un épouvantail à moineaux. Si on voit vraiment ces panneaux-là, il doit y avoir une opération qui se fait. »

— L'avocat Éric Lamontagne

Transports Québec rétorque que les automobilistes n'ont qu'à être vigilants. En entrevue, la porte-parole Sarah Bensadoun explique que « l'affichage ne peut pas être enlevé et remis à chaque fois. Des fois, il peut être déplacé plusieurs fois par semaine et revenir plusieurs fois par semaine sur le même site ». Elle ajoute que les conducteurs n'ont qu'à respecter les limites de vitesse en tout temps pour éviter les ennuis.

Transports Québec prévoit acquérir 37 nouveaux radars photo d'ici l'été prochain.

À VOIR AUSSI:

Les voitures à hydrogène bientôt sur nos routes?