DIVERTISSEMENT

Gilles Latulippe: des mots de tendresse du public

03/10/2014 03:33 EDT | Actualisé 03/10/2014 03:33 EDT
Courtoisie

«Il m’a beaucoup fait rire». Voilà le commentaire qui revenait le plus souvent de la part des hommes et des femmes venus se recueillir devant la dépouille de Gilles Latulippe, exposée en chapelle ardente dans le hall d’honneur de l’hôtel de ville de Montréal, vendredi. Voici les hommages personnels rendus par quelques admirateurs du regretté comédien et humoriste à leur sortie de l’établissement.

Diane Lefebvre, de Brossard: «Je trouve que Gilles Latulippe nous faisait rire. C’est la première fois que je viens aux funérailles d’un artiste, et pour lui, je trouvais que ça valait la peine, de signer un petit mot et souhaiter la sympathie à sa famille. Il m’a touché par ses rires, ses émissions, et sa façon de penser, aussi. En entrevue, il disait toujours que son but principal était de faire rire les gens.»

Gilles Gariépy, de Sainte-Julie: «Je regardais souvent Gilles Latulippe à la télévision, quand j’étais jeune, et il me faisait beaucoup rire. Ma femme et moi, nous allons en Floride l’hiver, et on rencontrait souvent Gilles Latulippe, là-bas. Il allait manger chez Burger King, le soir! Il n’allait pas manger dans des restaurants chers, il était ordinaire, il se tenait à la hauteur des gens ordinaires. C’a toujours été une idole pour nous.»

Hélène Ouellet, de Montréal: «Pour moi, Gilles Latulippe représentait le courage. Parce qu’il était malade, mais il a aussi perdu ses amis. Il a toujours gardé le sourire. À mon avis, c’était un des derniers grands. Dans mon enfance, je n’avais pas une vie facile, mais quand je regardais ses émissions, je retrouvais de la force pour vivre.»

Pierre Soreau, de Montréal: «Gilles Latulippe était un grand artiste. Il m’a beaucoup fait rire, avec La Poune, Rose Ouellet, Manda Parent, et les autres, parce que j’allais souvent au Théâtre des variétés. C’est un autre grand monument, qu’on perd. En le voyant, ça m’a beaucoup ému. Je me disais que ça ne se pouvait pas. Je ne le réalise pas encore, d’ailleurs. C’est comme un mauvais rêve. Ça me fait énormément de peine. Je l’aimais beaucoup. Je regardais Symphorien, Les démons du midi… C’est la vie, mais c’est dur à prendre.»

Hélène Arsenault, de Montréal: «Dans mon enfance, mes parents regardaient beaucoup les émissions de Monsieur Latulippe. Moi, je l’ai découvert avec le Capitaine Bonhomme! C’était un personnage de Montréal, c’était important pour moi, d’être là. C’est un homme qui avait l’air bon. Il incarnait la bonté. Chaque fois qu’on le voyait, il souriait…»

Sylvain Lapointe, de Montréal: «Depuis le début des années 1960, j’ai toujours aimé Symphorien et, aujourd’hui, j’ai vu son fils! J’avais une copie de cassettes VHS, et je les ai faites signer par lui. Je suis très content, parce que j’ai toujours aimé Gilles Latulippe, dans tout ce qu’il faisait. Je n’ai manqué aucune de ses émissions : Les Brillant, Symphorien, Poivre et Sel, Les démons du midi. Quand je suis passé devant son corps, j’ai fait une remarque. J’ai dit : «Je me suis habillé en jaune pour que vous puissiez rire encore… ».»

Mado Demers, de Sainte-Gertrude: «Je suis une chanteuse country, et j’ai connu Gilles quand je vivais sur la rue Logan, à Montréal, il y a plusieurs années. Je l’ai vu dans bien des spectacles. C’est un homme que j’admire beaucoup. Il a fait du bon travail dans sa vie, il a fait rire beaucoup de monde. Il faut le faire, faire tout ce qu’il a fait! Je regarde Symphorien et il me fait encore rire à chaque fois. C’est comme une thérapie…Ça demande beaucoup de courage, faire ce qu’il a fait.»

Dernier hommage à Gilles Latulippe

Gilles Latulippe en vidéos

Gilles Latulippe en quelques sketchs


Gilles Latulippe


Décès de Gilles Latulippe: réactions Twitter