NOUVELLES

Marche de solidarité pour Shawinigan : PKP questionne Jean-Denis Girard sur son absence (VIDÉO)

02/10/2014 12:48 EDT | Actualisé 02/10/2014 12:48 EDT

Le député péquiste Pierre Karl Péladeau a demandé au ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, de justifier son absence, samedi dernier, à la marche de solidarité organisée pour soutenir Shawinigan, .

Lors de la période de questions à l'Assemblée nationale, mercredi matin, Pierre Karl Péladeau a lancé : « Samedi dernier, 2000 personnes marchaient à Shawinigan pour manifester leur désarroi suite à l'annonce de la fermeture de l'usine Laurentide. Ils marchaient aussi pour prendre en main leur développement économique. Comment le député de Trois-Rivières, le ministre régional de la Mauricie qui est également ministre des PME et du Développement économique régional, peut-il expliquer son absence devant une mobilisation aussi importante de la population de la Mauricie ? »

Jean-Denis Girard a répondu qu'il avait « entendu la population de Shawinigan ». Selon lui, le fait qu'une équipe d'intervention tactique d'Investissement Québec ait été envoyée à Shawinigan dans les jours qui ont suivi l'annonce de la fermeture de l'usine Laurentide témoigne de l'implication de son gouvernement.

Le ministre Girard a rappelé l'existence du fonds de 200 millions de dollars créé à la suite de la fermeture de la centrale Gentilly-2. De ce montant, 30 millions sont disponibles pour Shawinigan.

Rappelons que Pierre Karl Péladeau s'est rendu à Shawinigan, samedi, pour appuyer la population. Il n'a toutefois pas participé à la marche puisqu'il aurait été mal informé sur l'heure du départ. Il est cependant allé rencontrer le comité organisateur en fin de journée.

Pierre Karl Péladeau se dit en accord avec les revendications de la Ville pour obtenir de l'aide afin d'assurer son développement économique.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission «Ça commence bien!», rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale