NOUVELLES

Redmen de McGill: l'entraîneur-chef Clint Uttley démissionne avec fracas

30/09/2014 09:52 EDT | Actualisé 30/11/2014 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Les dirigeants de l'Université McGill ont annoncé qu'ils embaucheront prochainement un nouvel entraîneur en chef de leur équipe de football, quelques heures après la fracassante démission de Clint Uttley, mardi matin.

Drew Love, directeur d'athlétisme et de récréation, a confirmé la nouvelle dans un communiqué. Au passage, il a précisé que l'Université nommera un entraîneur par intérim provenant du personnel en place dans un jour ou deux, et il a profité de l'occasion pour remercier M. Uttley pour son travail avec les Redmen. Ces derniers sont inactifs cette semaine et joueront leur prochain match le jeudi 9 octobre, au stade Percival-Molson face à l'Université Bishop.

Dans le communiqué, l'Université ne répond pas aux propos de M. Uttley, rendus publics dans une lettre lapidaire, et avise qu'elle ne rendra disponible aucun membre de son équipe de football pour des entrevues. Clint Uttley avait aussi fait savoir, selon le communiqué, qu'il n'accorderait pas d'entrevue.

M. Uttley a quitté ses fonctions, qu'il occupait depuis le mois de novembre 2011, se disant incapable d'oeuvrer pour une organisation qui ne respecte pas l'équité et l'inclusion.

Dans sa lettre, Clint Uttley se dit en complet désaccord avec la position de l'université, qui soutient que le demi offensif Luis Guimont-Mota n'aurait pas dû être invité à joindre l'équipe parce qu'il avait déjà plaidé coupable dans une affaire de voies de fait survenue en 2010.

Le porteur de ballon vedette des Redmen, originaire de Québec, a été mis en accusation la semaine dernière relativement à une affaire de violence conjugale.

Clint Uttley rappelle qu'au moment de son recrutement, l'université et l'équipe étaient bien au fait de l'incident de 2010. L'ex-entraîneur-chef souligne que l'athlète de 22 ans avait accepté sa condamnation et assumé sa peine.

M. Uttley dit croire fermement en la réhabilitation et se dit troublé de voir l'institution affirmer tout à coup que Luis Guimont-Mota n'aurait pas dû être recruté par les Redmen à cause de son passé, une position qui ne reflète aucunement ses valeurs et son sens moral.

Il ajoute que l'université est justement le meilleur endroit pour former de jeunes adultes pour qu'ils atteignent leur plein potentiel et s'interroge sur les possibilités réelles de réhabilitation lorsque les grandes institutions ferment leur portent à ceux qui ont commis des erreurs de jugement dans le passé.