POLITIQUE

Compressions en santé: le ministre Barrette refuse qu'on coupe dans les services aux plus vulnérables

30/09/2014 01:46 EDT | Actualisé 30/09/2014 01:47 EDT
PC

La perspective que l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSS) applique des compressions en santé mentale et dans les soins aux personnes âgées a fait vivement réagir le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, mardi. Ce dernier affirme que les services doivent être épargnés.

« Montréal reçoit déjà des montants supplémentaires en fonction de sa population et de sa situation socio-économique. Ceci dit, par-dessus ça, parfois il y a des coûts qui sont plus grands, et on demande de l'optimisation à Montréal, ce qui fait donc qu'il y a des choses qui sont réduites. Mais jamais cela ne doit toucher aux services. Alors ce qui est passé hier au Téléjournal est tout à fait déplorable et des mesures ont déjà été prises pour que cela soit renversé. »

— Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette

Rappelons que l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal propose de sabrer en santé mentale et dans les soins aux personnes âgées pour réaliser des économies de 87 millions de dollars cette année. Déjà, les programmes en déficience intellectuelle sont amputés.

Sur les 87 millions de dollars qu'on cherche à économiser sur l'île de Montréal, 33 millions visent l'administration et l'alimentation. Mais les chiffres de l'ASSS de Montréal indiquent aussi un effort « d'optimisation » dans quatre « programmes services » : santé mentale, déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement, soins aux personnes âgées et dépendance.

La CSN parle d'une « attaque en règle »

De son côté, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) soutient que les coupes annoncées dans les services en santé mentale visent les plus démunis à Montréal et qu'elles ne sont « qu'un avant-goût de la médecine d'austérité qui sera administrée au Québec au cours des prochains mois ».

« Sous le vocable trompeur d'optimisation, le gouvernement Couillard sabre les budgets. Au bout du compte, c'est aux services qu'on s'attaque et en définitive c'est une population dans le besoin qui en subit les contrecoups. »

— Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard