Huffpost Canada Quebec qc

PRIMEUR - En écoute: « Tss Tss» de Chocolat (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
CHOCOLAT
Estelle F. Vallières
Imprimer

Après un hiatus de quelques années, les gars de Chocolat reviennent à la charge avec un nouvel album surprise, mais non moins attendu, intitulé Tss Tss.

La formation de rock francophone détonnait déjà du reste des musiciens québécois à la sortie du fameux Le EP (2007) avec son rock garage rétro et ses jeux habiles de guitares. Le registre de Piano élégant (2008) avait par la suite changé, mais le talent et l’énergie déjantée des membres demeuraient indéniables. Puis vinrent la promo, les éloges, la tournée incluant de nombreux concerts, le party et les frasques tantôt inoffensives tantôt déplacées qui ont miné d’une manière ou d’une autre la route des gaillards.

Lors d’une entrevue avec Jimmy Hunt (le guitariste-chanteur) au sujet de son projet solo et de la sortie de son superbe Maladie d’amour (octobre 2013), ce dernier avait mentionné l’idée de remettre Chocolat sur les rails… Voilà, c’est fait, Jimmy et ses potes ont réveillé la bête. Emmanuel Etier (Cœur de pirate, Kandle, Peter Peter, Jimmy Hunt, Passwords), guitariste émérite et réalisateur sollicité remplace toutefois Dale MacDonal, parti vivre à Berlin.

Dans un café tranquille de la rue Laurier, à Montréal, le Huffington Post Québec l’a d’ailleurs rencontré pour parler de la nouvelle mouture de Chocolat. Il était accompagné du bassiste Ysaël Pépin.

« Jimmy a fait des démos chez lui, raconte Emmanuel. Il disait que c’était pour Chocolat. Pourtant, c’était différent. Il utilisait des effets étranges. Ce n’était vraiment pas le même rock’n’roll. Conscient de ça, il était quand même convaincu que c’était pour Chocolat. Une partie importante du processus pour nous était d’embrasser ces démos afin qu’ils restent pas mal pareils […] Tss Tss n’est pas une suite de Piano élégant. Certains fans espèrent probablement qu’on ne change pas trop la musique. Mais ce n’est pas le cas.»

« De toute façon, on ne voulait pas revenir à des trucs comme la chanson Johnny Depp (du EP), enchaîne Ysaël. Si Tss Tss s’en allait vers du psychédélique, c’était bon pour moi. On est arrivé en studio (Victor) pour faire des versions naturelles (batterie, basse, guitares) de chaque morceau. La démarche était très spontanée. »

On comprendra donc que l’idée était de réinterpréter en formule band les démos de Jimmy, qui était faits à la base avec la voix, la guitare classique, des synthétiseurs et des effets.

Un risque calculé

« Techniquement, on a fait l’inverse des méthodes normalement recommandées (rires). C’était voulu cet enregistrement en cercle avec six micros dans la pièce, sans isolation. La voix pissait souvent sur les autres instruments. Ça gossait, mais c’était le but. Un processus haïssable, pas pratique, même si on était dans un studio très pro. On voulait que l’album sonne mal, mais bien! On voulait quelque chose de typé, de sale. »

Ysaël explique que le retour de Chocolat est étrangement lié à la demande d’un festival qui voulait mettre le groupe à sa programmation. Malgré les pratiques en guise de préparation pour le concert (Emmanuel avait été invité à se joindre au groupe), la prestation n’a jamais eu lieu.

« On a fait un album à la place », lance Ethier en riant.

« On s’est rendu compte que c’était toujours l’fun de travailler ensemble, poursuit Pépin. Ça faisait un bout de temps qu’on avait rien fait. Dans le temps, on a été pas mal dans le feu de l’action. À la fin, on était un peu blasé par la promotion, les shows… En plus, on avait de la pression en raison de la marde brassée ici et là durant la tournée. C’est devenu lourd à porter, même si nos gestes n’étaient pas dramatiques. »

Depuis, le bassiste souligne que l’eau a coulé sous les ponts. Les musiciens se seraient passablement assagis.

Tss Tss, c’est quoi au juste ?

Assis à la table, les deux gars hésitent à définir l’album. Ils évoquent la longueur des morceaux et l’usage minimaliste de la voix (Apocalypse). Ils soulignent le peu de paroles dans les chansons, qui passent de façon répétitive.

« C’est souvent un groove d’autoroute, de dire Ethier. C’est un disque foncièrement étrange, puisque qu’il y a seulement deux chansons qui ont une structure conventionnelle (dont Gobekli Tepe, Fantôme avec la voix obsédante de Hunt). On voulait créer un effet de transe. Proposer un pattern. On a envie d’offrir un album qui demande une certaine attention de la part de l’auditeur. »

« C’est davantage un album de flottement qu’un disque de party », résume Ysaël.

Question de créer des repères, Emmanuel Ethier et Ysaël Pépin s’entendent sur quelques noms qui ont été évoqués durant ou après l’enregistrement: le groupe anglais de rock progressif Atomic Rooster, du vieux Alice Cooper (de l’époque du band) ou encore Iggy & The Stooges, plus au niveau de l’esprit que du rendu.

Pour vous faire une propre opinion de Tss Tss, voici en primeur, la rockeuse Burn Out et le morceau blues aigre-doux Méfiez-vous du Boogaloo.

---
Titres de Tss Tss :

1. Burn Out
2. Méfiez-vous du Boogaloo
3. Tss Tss
4. Mèche
5. Interlude
6. Fantôme
7. Apocalypse
8. Gobekli Tepe

---

Tss Tss
Chocolat
Rock
Grosse Boîte/Dare To Care

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Les meilleures chansons de 2014
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction