POLITIQUE

Denis Lebel ne ferme pas la porte au péage sur les autres ponts fédéraux

29/09/2014 11:09 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel, ne ferme pas la porte à l'instauration d'un péage non seulement sur le nouveau pont Champlain mais aussi sur les autres ponts de juridiction fédérale.

M. Lebel participait lundi à l'annonce de l'ouverture, la semaine prochaine, du nouveau pont-jetée qui contournera le pont de l'Île-des-Soeurs, celui-ci devant être démoli et reconstruit.

Le ministre a répété que le péage était incontournable sur le pont Champlain et, lorsqu'interrogé sur la possibilité d'instaurer des péages partout, M. Lebel a reconnu que l'on jonglait avec l'idée.

«Ça fait partie des scénarios actuels (...) C'est clair qu'il y aura des discussions à avoir ultérieurement avec nos partenaires, le gouvernement du Québec, la grande région métropolitaine de Montréal», a déclaré le ministre Lebel.

Ottawa est aussi propriétaire du pont Jacques-Cartier et est propriétaire à parts égales avec Québec du pont Honoré-Mercier.

Il s'agit des trois seuls ponts intraprovinciaux dont le gouvernement fédéral est propriétaire en tout ou en partie. Tous les autres ponts fédéraux au pays relient soit deux provinces ou le Canada et les États-Unis.

Pressé sur la possibilité d'instaurer des péages sur l'ensemble des 22 ponts ceinturant l'Île de Montréal, le ministre a laissé entendre que tous les autres joueurs ont également cette option dans leur mire.

«Les partenaires sont propriétaires d'autres installations aussi, a rappelé M. Lebel. Il est clair qu'on aura des discussions futures à avoir avec nos partenaires.»

Confronté aux sondages qui démontrent qu'une écrasante majorité de citoyens, à l'instar de tous les élus et intervenants économiques provinciaux et municipaux, sont contre le péage sur le pont Champlain, le ministre s'est contenté de répondre avec une boutade.

«J'aimerais ça qu'on pose la question à la population: est-ce qu'ils veulent avoir un pont? Je pense que la réponse va être 100 pour cent oui. Depuis que nous sommes sur le projet, nous avons dit qu'il y aura un péage et nous allons continuer dans ce sens. Le principe d'utilisateur-payeur est important», a-t-il tranché.

Du côté d'Ottawa, les deux partis d'opposition continuent à dénoncer ce qu'ils estiment être un manque de transparence des conservateurs dans le dossier du pont Champlain.

Au Parti libéral comme au Nouveau Parti démocratique (NPD), on n'est pas farouchement opposé aux péages en tant que tel — par contre, une meilleure concertation entre les divers intervenants s'impose, selon les deux formations politiques.

Le NPD dit «non pour le fait d'imposer un quelconque péage sans discuter» sur le pont Champlain, a rappelé le porte-parole du parti en matière de Transports, Hoang Mai.

Mais à l'instar du ministre Lebel, la formation ne semble pas écarter catégoriquement l'idée d'imposer des péages sur les autres ponts, mais à condition que «le gouvernement du Québec et les municipalités décident d'avoir un plan concerté», a spécifié le député.

Le nouveau pont-jetée qui contournera le pont de l'Île-des-Soeurs sera d'abord ouvert dans une direction la semaine prochaine et dans l'autre le 18 octobre, à moins d'une météo contrariante.

Les autobus y auront accès en décembre.

Fait étonnant, les travaux sont en avance de quelques mois par rapport à l'échéancier initial et, alors qu'ils devaient coûter 125 millions $, la facture finale ne devrait pas dépasser 100 millions $.

Pour ce qui du nouveau pont lui-même, les soumissions sont attendues en février prochain et une décision finale devrait être annoncée en avril 2015.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le futur pont Champlain