NOUVELLES

Côte-Nord: la FTQ-Construction contredit la présidente de la CCQ

29/09/2014 12:17 EDT | Actualisé 29/11/2014 05:12 EST
Radio-Canada

MONTRÉAL - La Commission de la construction du Québec (CCQ) fait erreur en prétendant que la situation de l'industrie sur la Côte-Nord est meilleure qu'ailleurs au Québec, a déploré lundi la FTQ-Construction.

Le syndicat estime que le portrait brossé par la présidente de la CCQ, Diane Lemieux, la semaine dernière, devant la Commission Charbonneau, ne tient pas compte de la réalité des dernières années.

Selon le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet, et le représentant syndical Bernard «Rambo» Gauthier, le système de placement d'ouvriers a fait chuter de façon significative le nombre d'heures travaillées sur la Côte-Nord par des ouvriers de la région.

En point de presse à Montréal, ils ont présenté des données qui avancent entre autres que sur le nombre d'heures totales travaillées sur la Côte-Nord, la part des ouvriers locaux est passée de 72 pour cent à 46 pour cent entre 2009 et 2013.

Pour MM. Ouellet et Gauthier, cette situation place des centaines de travailleurs nord-côtiers au bord du «gouffre financier».

Devant la Commission Charbonneau, Mme Lemieux avait notamment affirmé que les ouvriers de la Côte-Nord qui travaillent sur la Côte-Nord ont enregistré 1000 heures par année à la CCQ comparativement à 600 pour les ouvriers provenant d'autres régions ayant travaillé dans la région.

M. Gauthier a accusé les entrepreneurs de profiter du placement d'ouvriers pour embaucher des travailleurs de l'extérieur qui bénéficient de conditions de travail moins avantageuses par rapport à celles des ouvriers de la Côte-Nord garanties par des conventions collectives.

La FTQ-Construction demande une modification du système de placement d'ouvriers, pour assurer, par exemple, la présence de 70 pour cent d'ouvriers de la Côte-Nord sur chaque chantier de la région.