DIVERTISSEMENT

«En mode Salvail» à V : Éric Salvail surprend les journalistes pour son retour en ondes (PHOTOS)

28/09/2014 09:47 EDT
David Kirouac

Une simple tournée de promotion, rencontrer les journalistes un à un dans un café pour tracer le bilan de la première saison d’En mode Salvail et parler de la deuxième qui s’ouvrira ce lundi, s’arrêter dans les stations de radio et sur les plateaux de V, très peu pour Éric Salvail, qui aime faire les choses en grand et, surtout, surprendre.

L’animateur avait repris le boulot à temps plein après des vacances méritées et était dans un blitz de tournages de topos de toutes sortes quand il a rencontré les médias montréalais, le vendredi 12 septembre dernier. Il s’apprêtait également à prendre la route de différentes régions pour aller à la rencontre des téléspectateurs et filmer quelques images croustillantes qu’on pourra voir dès la semaine prochaine.

Mais pourquoi faire les choses comme tout le monde? Salvail et son équipe avaient donné rendez-vous aux représentants de la presse à l’Astral, dans le Quartier des spectacles, lieu d’enregistrement de son happening quotidien. Chacun avait son heure assignée. On nous avait simplement prévenus que les entrevues se dérouleraient «dans un contexte particulier».

L’intervieweuse interviewée

Ce «contexte particulier», c’était en fait une réplique miniature du studio d’En mode Salvail, qu’on avait recréé de toutes pièces dans un conteneur stationné au bout de la Place des Festivals. Tous les éléments du décor du talk-show de fin de soirée de V y étaient : les caméras, le public, les musiciens. L’espace avait beau être exigu, l’ambiance était quand même à la fête et le plaisir était palpable. L’auteure de ces lignes a donc été accueillie dans ce lieu comme une invitée d’En mode Salvail, s’est laissée conduire jusqu’au fauteuil blanc à côté du pupitre de l’animateur et a dû faire «contre mauvaise fortune bon cœur», n’étant pas habituée de se retrouver ainsi sur la sellette, en jouant le jeu de l’entrevue. Les recherchistes d’En mode Salvail avaient merveilleusement accompli leur boulot en s’adonnant à quelques recherches sur «l’intervieweuse interviewée» et en rédigeant des questions sur ses précédents emplois, ses manies d’écriture, ses citations préférées. Les rôles ont ensuite été inversés et nous avons finalement pu jaser avec Éric comme il était prévu au départ, toujours devant les yeux amusés de la petite assistance.

D’autres journalistes ont ensuite eu à leur tour la surprise et, avouons-le, le bonheur de se faire ainsi taquiner gentiment par Éric Salvail et son entourage. Le résultat vous intéresse? Syntonisez V dans les prochains jours, avant le dodo, pour ne rien manquer.

Parmi les autres perles qui attendent les admirateurs d’Éric Salvail avec le retour d’En mode Salvail, des visites de Maripier Morin et son amoureux, le joueur du Canadien Brandon Prust, Patrick Huard, Guy A.Lepage, Bruno Blanchet, Jean-Marc Parent, Patrice Bélanger, Joseph Edgard (qui interprétera son succès L’espionne russe), Louis-François Marcotte et Patricia Paquin (qui accorderont une entrevue en couple), Carmen Sylvestre, des Détestables (avec qui Éric réalisera quelques tours pendables), Marie-France Bazzo et Louis Morissette.

Aussi à voir, les images de la prestation des Trois Accords avec l’Orchestre symphonique de Montréal sur la Place des Festivals, une virée d’Éric Salvail à Westmount, une analyse d’œuvres d’art dans un musée avec de jeunes enfants et des recettes pompettes avec Cœur de pirate et Anne-France Goldwater.

La première émission, le 29 septembre, durera exceptionnellement une heure.

Voici le compte-rendu de notre discussion avec Éric Salvail dans le conteneur d’En mode Salvail.

Éric, tu rêvais depuis longtemps d’animer un talk-show de fin de soirée. Est-ce qu’En mode Salvail correspond au concept dont tu avais toujours rêvé?

«C’est exactement ce que j’avais en tête pour un show de fin de soirée. On a de la musique, on sort, on a des topos, on va rencontrer les gens… Moi, je voulais que le public soit très présent dans l’émission, qu’il puisse intervenir, et le fait d’être en direct permet ça. Et il y a les rencontres avec les artistes. Moi, à la base, je suis un groupie, j’aime le milieu artistique. Des rencontres face à face, dans la bonne humeur, je trouve que ça n’existe pas tellement, à la télévision. J’aime les rencontres individuelles, parce que ça nous permet d’aller plus loin en entrevue, tout en demeurant dans un style léger, tout en humour.»

Au début septembre, la journaliste Nathalie Collard rapportait dans La Presse que, selon la firme Cossette Média, l’effet En mode Salvail s’est réellement fait sentir dans les cotes d’écoute et a même ébranlé le TVA 22h

«J’étais content de lire ça! Je pense que c’est dû au fait que, maintenant, l’information, on n’a plus besoin d’attendre à 22h pour l’apprendre. On l’a partout. Le bulletin de 22h est peut-être moins important qu’avant ; les gens sont disponibles pour autre chose, puisqu’ils peuvent s’informer autant à 9h qu’à 11h ou n’importe quel autre moment. Ce rendez-vous en direct, avec une émission de variétés, je pense que c’est un beau complément de ce qui se fait déjà à 22h. À la fin de la saison dernière, on a battu à quelques reprises le TVA Nouvelles, qui est quand même une institution. J’étais content de voir ça, et j’espère que les gens seront encore plus nombreux à nous regarder, cette année. Sophie Thibault est mon amie dans la vie, on mange ensemble de temps en temps. C’est de bonne guerre!»

Tu as spécifié à quelques reprises que tu as trouvé difficile l’adaptation après être passé de TVA à V, l’an dernier…

«Oui, mais la liberté et le bonheur que ça me donne d’être à V, de pouvoir faire ce que je veux, d’avoir carte blanche, ça n’a pas de prix. On s’adapte vite, à ça! Je suis très content. Et, maintenant, j’ai ma boîte de production, Salvail & Co. Ça me permet de faire du développement. Je continue là où je voulais aller. J’aime être en ondes et avoir ma face à la télé, oui, mais je veux aussi produire et développer des shows que je n’anime pas. On a plein de projets présentement et ça m’excite beaucoup, beaucoup!»

C’est probablement difficile de répondre, mais quels ont été tes moments favoris de la première saison?

«Dans les invités, Clémence Desrochers a été un immense coup de cœur pour moi. Louis-José Houde nous a aussi donné des moments savoureux. Je nomme ceux-là, mais il y a tellement eu d’autres bons invités… Il y en a trop. Pierre Lapointe et Cœur de pirate, je ne les avais jamais rencontrés de ma vie, même pas dans un événement ou sur un tapis rouge. C’est étonnant, parce que j’avais déjà croisé pas mal tout le monde. C’est toujours un peu intimidant, quand tu rencontres des gens pour la première fois, mais c’a été de belles découvertes. J’ai hâte de les recevoir à nouveau. Cœur de pirate nous a elle-même demandé de faire une recette pompette, cette année. Elle boit moins qu’Anne-France Goldwater, par contre! (rires)»

En mode Salvail, du lundi au jeudi, 22h, sur les ondes de V, dès le 29 septembre. En rediffusion le samedi et dimanche, 17h, à MusiMax.

En mode Salvail

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter