NOUVELLES

Pas d'argent de Québec pour le retour des Nordiques (VIDÉO)

26/09/2014 12:51 EDT | Actualisé 26/09/2014 12:52 EDT

Le ministre de l'Économie n'est pas chaud à l'idée que son gouvernement investisse éventuellement dans une équipe de hockey professionnelle à Québec.

Jacques Daoust a réagi ce matin à une déclaration du ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, qui s'est dit ouvert, hier, à la possibilité de consentir un prêt garanti pour aider au retour d'une équipe professionnelle à Québec. Tout en écartant la possibilité d'accorder une subvention, Sam Hamad s'est dit prêt à analyser d'autres options.

Jacques Daoust affirme partager l'enthousiasme de son collègue pour la venue d'une équipe à Québec, mais il n'est pas question pour le gouvernement de prendre des risques financiers.

« Quand on parle de garantie de prêt, c'est un risque qui est trop élevé pour le marché traditionnel. Alors, posons-nous la question, si jamais on a à y répondre, est-ce que l'État doit intervenir pour acheter un club de hockey dans une situation où c'est trop risqué pour le marché traditionnel? J'arrête là mon explication », a dit le ministre.

« Je ne rabroue pas mon collègue, a ajouté Jacques Daoust. Je comprends que les gens de Québec veulent un club de hockey, mais disons que quand on fera une transaction financière, on fera une transaction financière à ma façon. »

Couillard prudent

Le premier ministre Philippe Couillard pour sa part se montre prudent. Il rappelle que le gouvernement a déjà investi dans le nouvel amphithéâtre et ne croit pas que le moment est opportun pour en rajouter.

« Moi, je souhaite comme Québécois qu'une équipe de hockey un jour s'y installe, mais ça ce n'est pas vrai que les contribuables, dans l'état actuel des finances publiques, vont être au bâton là-dessus », a dit le premier ministre.

Quant à la possibilité d'octroyer une garantie de prêt pour la venue d'une équipe professionnelle, Philippe Couillard n'est pas très favorable. « Dans une dernière analyse, après que bien d'autre monde se soit mouillé avant le contribuable du Québec. »

Des précisions

Le ministre Sam Hamad a tenu à préciser sa pensée ce matin à l'entrée du caucus libéral. M. Hamad affirme lui aussi qu'une aide gouvernementale ne sera envisagée que dans un contexte économique favorable et uniquement en fonction d'un scénario où le gouvernement serait partenaire.

« L'État est un État partenaire et non pas un État subventionnaire. Alors, s'il y a une opportunité d'affaires on verra, mais il faudra que ce soit bon pour les citoyens et que ce soit une opportunité », a-t-il indiqué.

Le ministre Sam Hamad a répété qu'il ne s'agissait que d'hypothèses pour l'instant.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission «Ça commence bien!», rendez-vous sur le site de V Télé.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Souvenirs des Nordiques de Québec