POLITIQUE

Forages à Cacouna: Heurtel refuse d'assumer le blâme (VIDÉO)

25/09/2014 10:54 EDT | Actualisé 25/09/2014 11:31 EDT

QUÉBEC _ Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, refuse d'assumer le blâme pour le cafouillage entourant les travaux de forage de TransCanada au large de Cacouna.

Il montre plutôt du doigt les fonctionnaires de son ministère, responsables de l'émission du certificat d'autorisation délivré au promoteur de l'oléoduc Énergie Est.

Plus tôt cette semaine, la Cour supérieure du Québec a ordonné l'arrêt des forages jusqu'au 15 octobre, jugeant déraisonnable l'autorisation de ces travaux dans une "pouponnière" de bélugas.

Dans sa décision, le tribunal revèle entre autres "qu'aucun des représentants du ministère ayant travaillé sur le dossier ne connaît les mammifères marins" et que "Pêches et Océans Canada a refusé de donner un avis scientifique formel au ministère de l'Environnement".

Malgré cela et "pour des raisons inexpliquées", ajoute la Cour, le ministre a délivré le certificat d'autorisation à TransCanada.

En point de presse, M. Heurtel a tenté de minimiser sa responsabilité, faisant valoir que ce n'est pas lui mais la direction régionale du ministère de l'Environnement qui a émis le certificat.

Du reste, à son avis, il est trop tôt pour tirer quelque conclusion que ce soit dans ce dossier puisque le processus judiciaire entamé contre le projet est toujours en cours.

M. Heurtel a néanmoins annoncé qu'il entendait "revoir" les étapes administratives qui ont mené à la délivrance du certificat d'autorisation. Il a aussi promis d'établir "une meilleure communication" entre son ministère et Pêches et Océans Canada, l'autorité fédérale en matière de mammifères marins.

Les 100 espèces les plus menacées dans le monde

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter