NOUVELLES

Boxe: « La cerise sur le sundae » pour Stéphane Ouellet

25/09/2014 06:43 EDT | Actualisé 25/09/2014 06:43 EDT
PC

MONTRÉAL – Stéphane Ouellet est fébrile d’effectuer son retour dans le ring, samedi au Centre Bell. Et peu importe le résultat, l’ancien porte-étendard de la boxe québécoise est satisfait du chemin parcouru, puisqu’il aura vaincu ses démons.

« Je veux repartir la tête tranquille, le cœur en paix. Je suis arrivé à Montréal la tête haute et je repartirai la tête haute », a lancé l’homme âgé de 43 ans jeudi, lors d’une conférence de presse.

« Ce combat, c’est le sundae et j’ai hâte de le manger. La victoire, c’est la cerise. Et même si je ne l’ai pas, je serai en paix, car j’aurai surmonté mes peurs. Après, je pourrai passer à autre chose et ma vie sera plus belle, même si elle est très bien présentement, a-t-il ajouté. J’aimerais aussi dédier ce combat à Gilles Latulippe. C’est un bon monsieur que j’aimais beaucoup. »

Samedi dans l’enceinte du Canadien de Montréal, Ouellet (29-5, 18 K.-O.) affrontera le Belge Cédric Spera (10-2, 2 K.-O.), un jeune boxeur âgé de 25 ans, dans un duel de quatre rounds.

Le boxeur que l’on surnomme « Le Poète » a travaillé dur afin d’effectuer une première sortie professionnelle depuis son échec en seulement 1:09 devant Joachim Alcine, le 17 décembre 2004.

Curieusement, Alcine, qui devait boxer vendredi au Texas, a dû annuler son combat pour une opération à l’œil tandis que Ouellet est dans une forme resplendissante.

« Je vous ai mal dit bonjour la dernière fois. Ça faisait quelque temps que je voulais faire un retour. Cette fois-ci, chaque étape a été respectée et je n’ai jamais pensé abandonner, a-t-il confié. Je me suis battu longtemps parce que j’aimais ça, mais je n’étais pas là mentalement et physiquement dans mes deux derniers combats. »

« Cette fois-ci, vous ne m’aurez jamais vu aussi en shape, a-t-il continué. Depuis 2010, je dois avoir parcouru la distance Montréal-Vancouver aller-retour en jogging! Ça va être stressant, mais ça va bien aller. Ma famille sera sur place dont mon porte-bonheur, mon fils militaire de 19 ans, Jim. Il était tout jeune durant la saga avec Dave Hilton. Et j’ai encore un bon jab, même à 43 ans! Si je suis encore capable, j’aimerais continuer. Sinon, je repartirai chez nous travailler en construction. »

Une inspiration

Plusieurs jeunes pugilistes fleurdelisés ont lacé leur première paire de gants après avoir vu Stéphane Ouellet à l’œuvre. C’est notamment le cas du poids mi-moyen Antonin Décarie, qui combattra sur la carte contre le Mexicain Ivan Pereyra.

« J’ai toujours été un grand fan. On s’est déjà entraîné dans le même gymnase quand je n’étais qu’un ti-cul de 14 ans, s’est rappelé le combattant dirigé par Marc Ramsay. Je suis très chanceux de boxeur sur la même carte que lui. Et il semble en forme! »

« Je vois aller les jeunes comme Antonin Décarie et Kevin Bizier depuis 10 ans, a renchéri Ouellet. Et c’est aussi quelque chose de grandiose de voir un gars de cinq combats (Artur Beterbiev) s’attaquer à un ancien champion du monde (Tavoris Cloud). C’est un honneur pour moi d’être là et de me battre en sous-carte. »

Du côté du promoteur Yvon Michel, qui a initié la carrière professionnelle du gladiateur originaire de Jonquière, les souvenirs sont toujours intarissables. Pour lui, il s’agit aussi d’une occasion inouïe de faire la transition entre le passé et le futur.

« Je suis heureux d’avoir le privilège de faire boxer Stéphane sur cette carte. Ça va nous permettre de boucler la boucle. Je suis derrière et avec lui, a-t-il mentionné, souriant. On va pouvoir assister samedi à l’avènement d’Artur Beterbiev et à un combat de Stéphane Ouellet. Les boxeurs d’aujourd’hui sont redevables à Ouellet et à Éric Lucas, qui ont eu des carrières exceptionnelles et influencé les jeunes athlètes, ainsi que les ressources pour faire avancer le sport au Québec. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Boxe : Éric Barrak Vs Oscar Rivas