POLITIQUE

Ottawa: l'ex-bloquiste Jean-François Fortin dépose une motion «contre le cynisme»

23/09/2014 09:52 EDT | Actualisé 23/11/2014 05:12 EST
PC

OTTAWA - L'ancien député du Bloc québécois Jean-François Fortin en appelle au «sens démocratique» des chefs de partis à Ottawa, les exhortant à permettre un vote libre sur une motion qui donnerait aux parlementaires plus de latitude à la Chambre des communes.

Soutenant vouloir «mettre fin au cynisme», l'élu gaspésien a déposé une motion qui a pour objectif principal de «retirer à l'establishment des partis le pouvoir de tasser les députés» et d'enlever «arbitrairement» à ces derniers «leurs moyens d'action».

Car les dernières années ont donné lieu à «une érosion du pouvoir individuel» des députés aux Communes, a écrit M. Fortin dans une lettre qu'il a transmise mardi matin à ses collègues.

Afin d'y remédier, il suggère notamment que les leaders parlementaires, whips et autres agents supérieurs soient reconnus par le président de la Chambre seulement s'ils sont élus à la majorité absolue de leur caucus. Cela permettra d'éviter qu'ils ne soient imposés aux députés sans leur accord, a-t-il plaidé en conférence de presse à Ottawa.

M. Fortin propose également que chaque député de l'opposition ait droit à une question par semaine et qu'il puisse avoir la possibilité d'échanger son droit de parole ou de le céder à un collègue s'il le souhaite.

À l'heure actuelle, ce sont les stratèges des formations politiques qui orchestrent le déroulement de la période des questions en fonction des priorités du parti et de l'actualité.

«Il est temps que les questions appartiennent aux députés plutôt qu'aux partis», a résumé celui qui a claqué la porte du Bloc québécois à la mi-août, insatisfait du virage opéré par le nouveau chef Mario Beaulieu.

Sans vouloir entrer dans les détails, Jean-François Fortin a reconnu qu'il s'était déjà senti coincé dans le carcan partisan alors qu'il était député bloquiste.

«Dans tous les partis, il y a cette mainmise-là d'une clique qui prend le pouvoir et qui impose aux députés une volonté de l'establishement», s'est-il contenté de faire valoir.

Le député nouvellement indépendant estime sa motion jouit d'un certain appui — «une dizaine» de députés de diverses formations politiques lui auraient déjà signalé leur intérêt, a-t-il affirmé mardi.

M. Fortin soutient qu'il ne faut pas voir en cette démarche un signal à l'effet qu'il a pris une décision concernant son avenir politique. Il se dit toujours en réflexion et assure que les éléments contenus dans cette motion étaient dans les cartons depuis 2011.

«J'attends l'automne (pour prendre sa décision). Je veux prendre le temps de présenter cette motion-là, de faire mon travail de parlementaire adéquatement», a indiqué le député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia.

Le débat sur la motion déposée par Jean-François Fortin devrait s'amorcer dans la dernière semaine du mois d'octobre, ce qui ouvrirait la porte à la tenue d'un vote à la novembre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?