NOUVELLES

Immense marche pour le climat à New York

21/09/2014 11:38 EDT
SAJJAD HUSSAIN via Getty Images
Indian protestors take part in the People's Climate March ahead of the UN Climate Summit, to demand progress in the faltering talks, in New Delhi on September 20, 2014. Green groups are staging climate marches in various cities worldwide prior to the UN Climate Summit taking place in New York on September 23. AFP PHOTO/SAJJAD HUSSAIN (Photo credit should read SAJJAD HUSSAIN/AFP/Getty Images)

Des dizaines de milliers de personnes marchent à New York pour protester contre le manque d'action en matière de changements climatiques.

Cette manifestation est organisée deux jours avant que se tienne dans la Grosse pomme le sommet de l'ONU sur le climat. Cette conférence, où sont attendus près de 120 chefs de gouvernements, vise à préparer la Conférence mondiale sur les changements climatiques de Paris de l'automne 2015.

New York n'est toutefois pas la seule ville à se mobiliser pour la cause, des marches du même genre ayant également lieu dans une multitude d'autres grandes villes du monde aujourd'hui, même si elle devrait accueillir le plus grand nombre de marcheurs. Des centaines de milliers de personnes sont attendues dans la métropole. Des manifestants contre le pipeline canadien Keystone se font notamment entendre, ainsi que plusieurs groupes autochtones.

Des organismes environnementaux canadiens ont d'ailleurs envoyé des porte-parole à New York. L'organisme québécois Équiterre y sera notamment représenté par son cofondateur Steven Guilbault. On note entre autres des manifestants contre le pipeline canadien Keystone.

Manifestations au Québec

À Montréal, les protestataires sont attendus au parc Lafontaine à 13 h, pour se rendre ensuite jusqu'au parc Jeanne-Mance. Tous les manifestants sont invités à s'épingler un bout de tissu en forme de coeur vert sur leurs vêtements.

Des marches sont aussi organisées dans d'autres villes québécoises, dont Baie-Comeau, Gaspé, Rimouski, Québec, Trois-Rivières, Drummondville et Saint-Jean-sur-Richelieu.

L'ONU souhaite un accord

Alors que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, tente de faire pression sur les chefs d'État pour qu'un accord réduisant réellement la pollution liée au réchauffement climatique soit conclu à New York, le premier ministre canadien Stephen Harper ne participera pas au sommet, à l'instar des chefs de gouvernement chinois et indien. M. Harper a plutôt choisi de déléguer la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq.

Les gouvernements doivent agir

Selon Patrick Bonin, responsable de la campagne climat-énergie de Greenpeace, même si la baisse de la consommation de chaque individu est importante pour lutter contre la pollution, l'action des gouvernements est de la plus haute importance.

« On consomme beaucoup trop d'énergie, on gaspille beaucoup. Mais au-delà de l'agir individuel, il faut également que nos gouvernements soient cohérents et permettent aux gens d'avoir des alternatives. Par exemple, au niveau du transport, ça prend du transport en commun efficace, rapide, qui soit en place. Il faut aussi éviter les projets qui nous font reculer, comme les projets de pipelines de sables bitumineux, le projet de cimenterie Port-Daniel », énumère-t-il.

M. Bonin considère que la responsabilité d'agir concerne particulièrement les États-Unis et la Chine. Il souligne également l'importance d'aider les pays en développement à prendre le virage vers les énergies vertes et à s'adapter aux changements climatiques qu'ils subissent.

« Qu'on se sorte le plus rapidement possible de notre dépendance aux combustibles fossiles », conclut-il.

La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend