POLITIQUE

Finances publiques: le déficit 2014-2015 atteint déjà 1,3 milliard $ après un seul trimestre

19/09/2014 12:16 EDT | Actualisé 19/11/2014 05:12 EST
PC

QUÉBEC - Le déficit enregistré en 2014-2015 ne doit pas dépasser 2,3 milliards $, selon le budget présenté en juin, mais il atteint déjà 1,3 milliard $ après seulement trois mois de l'exercice en cours.

Il n'y a pas lieu pour autant de paniquer, selon le ministre des Finances, Carlos Leitao, qui affirme maintenir le cap sur l'équilibre budgétaire en 2015-2016, et la réduction du déficit de 700 millions $ d'ici la fin de cette année.

Il faut bien se garder d'extrapoler ou de conclure que les trois trimestres suivants présenteront un portrait semblable au premier, a tenu à préciser le ministre, qui s'est fait rassurant vendredi lors d'une conférence de presse téléphonique visant à commenter les plus récentes données financières publiées par son ministère pour la période allant d'avril à juin.

«Je souhaiterais surtout qu'on ne multiplie pas nos chiffres par quatre», a dit le ministre, indiquant que les données du premier trimestre ne le rendaient «pas particulièrement stressé».

Il a rappelé que les dépenses de programmes sont généralement supérieures en début d'année financière, particulièrement dans le réseau de l'éducation, ce qui explique pourquoi le déficit est déjà élevé.

Quand même, les cibles du gouvernement paraissent très exigeantes. M. Leitao a réaffirmé que son gouvernement comptait les atteindre malgré tout en misant sur un contrôle très serré de la croissance des dépenses, de manière à éliminer le déficit selon l'échéancier prévu.

Car les dépenses de programmes «augmentent rapidement», malgré la détermination du gouvernement à appliquer les freins. Durant le premier trimestre, elles ont atteint 5,8 milliards $, en hausse de 151 millions $ par rapport à l'an dernier. Québec s'est engagé à ne pas dépasser 1,8 pour cent de croissance des dépenses cette année et à respecter un plafond d'augmentation de 0,7 pour cent en 2015-2016.

Pour espérer y arriver, Québec devra prendre les bouchées doubles. Comme convenu, à la fin novembre ou au début décembre, le ministre Leitao présentera une mise à jour économique et financière, et il faut s'attendre à y trouver déjà des mesures de restrictions budgétaires touchant les programmes et les services.

Les rapports d'étape attendus cet automne des deux commissions créées par le gouvernement aideront le ministre à faire des choix difficiles à court terme. La commission permanente de révision des programmes, dirigée par Lucienne Robillard, doit identifier 3,2 milliards $ d'économies dans l'appareil gouvernemental, tandis que la commission d'examen de la fiscalité, dirigée par Luc Godbout, a reçu le mandat d'identifier des mesures fiscales à hauteur de 650 millions $ d'ici 2015-2016.

Chose certaine, le redressement attendu des finances publiques se fera essentiellement grâce au contrôle absolu de la colonne des dépenses: «90 pour cent de l'effort est de ce côté-là», et non par des hausses de taxes ou d'impôts, a réaffirmé le ministre.

M. Leitao a fait valoir que «dans son ensemble» le premier trimestre de l'année financière 2014-2015 a présenté «les meilleurs résultats des trois dernières années» car pour la première fois en trois ans la croissance des revenus a été supérieure à celle des dépenses.

«L'économie québécoise est en période de reprise», a commenté M. Leitao, affichant un «optimisme modéré» pour les mois à venir. Il a dit miser sur une forte croissance des exportations pour stimuler l'économie et l'emploi, et ce, dans un contexte où la santé de l'économie mondiale demeure incertaine.

Le plan de compressions budgétaires à venir, si important soit-il, n'aura pas d'impact négatif sur l'économie, a prédit le ministre, rappelant qu'en parallèle Québec réinvestira dans les infrastructures.

Les prévisions économiques présentées dans le budget de juin dernier, soit une croissance du PIB réel de 1,8 pour cent en 2014 et de 2 pour cent en 2015, valent toujours, a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les points saillants du 1er budget Leitao