POLITIQUE

Médecins spécialistes: Khadir invite le gouvernement à renier l'entente

17/09/2014 06:40 EDT | Actualisé 17/09/2014 06:46 EDT
PC

QUÉBEC - Lui-même médecin spécialiste, le député de Québec solidaire Amir Khadir estime que le gouvernement Couillard devrait renier l'entente signée avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette et la FMSQ peinent depuis plusieurs mois à s'entendre sur l'étalement de la hausse salariale des médecins spécialistes. Le gouvernement Couillard souhaite faire passer de deux à neuf ans une hausse de 900 millions$ négociée à l'époque de Jean Charest.

«C'est pas parce qu'on a signé une entente qu'il y a quelque chose de sacré là-dedans, lance le député de Mercier. On a signé une entente pour de mauvaises raisons, on la révise. Ça sort d'où cette espèce d'invention comme quoi il y aurait quelque chose de sacré dans une entente?»

Devant l'échec des négociations, le gouvernement devrait simplement changer la loi, croit le député. «Mais pour ça il faut que le gouvernement soit cohérent et qu'il propose quelque chose qui aura l'adhésion des autres partis et du public, et ça va très bien se passer, dit-il. Et une majorité de médecins n'auraient pas de problèmes avec ça, je vous l'assure.»

Amir Khadir donne en exemple d'autres cas où des gouvernements sont revenus sur leur parole. «Comment ça se fait que le gouvernement revient dessus [sa parole] quand il s'agit de couper les assistés [sociaux], quand il s'agit de couper toutes ses promesses? Comment ça, une entente, parce que c'est signé, vaut plus que la parole du chef d'un parti devant la nation quand il dit 'je vais arriver au pouvoir et je vais régler ceci et cela'?»

«Tout gouvernement est souverain et peut à tout moment décider de changer une loi et une décision prise», ajoute-t-il.

Par contre, le député de Québec solidaire se dit contre l'idée d'une loi spéciale, qui serait adoptée dans l'urgence par le gouvernement. «Les lois spéciales, on est pas entichés de ça, nous», dit Amir Khadir.

«Il n'y a pas besoin d'une loi spéciale, il n'y a pas d'urgence, poursuit-il. Le gouvernement peut introduire une loi. On va en débattre en chambre s'il le veut.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

12 promesses de Philippe Couillard