NOUVELLES

Le cardinal Turcotte hospitalisé

16/09/2014 02:49 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:52 EDT
PC

Le cardinal Jean-Claude Turcotte est hospitalisé. La porte-parole du diocèse de Montréal, Lucie Martineau, a décrit son état comme « sérieux » à Radio-Canada, mais précisé que l'ancien archevêque de la métropole n'est pas aux soins palliatifs.

« Il est sous traitement, on a toujours espoir », a ajouté Mme Martineau.

Le cardinal Turcotte, âgé de 78 ans, souffre de diabète. Il avait déjà été hospitalisé par le passé.

« Aujourd'hui, fête de Notre-Dame des Douleurs, nous sommes invités à nous unir à la souffrance des autres. Notre Cardinal, Jean-Claude Turcotte, qui fut notre archevêque pendant de nombreuses années, actuellement hospitalisé, éprouve, depuis quelque temps, des inconforts sérieux de santé », a écrit le diocèse de Montréal sur son site Internet.

« Je nous invite à une prière fervente pour le Cardinal, pour le confort de sa santé, pour la paix de son cœur et de son âme », pouvait-on lire encore sur le site.

Le premier ministre Stephen Harper a réagi à la nouvelle sur Twitter:

Un homme du peuple

Jean-Claude Turcotte est né dans le quartier Centre-Sud, à Montréal, en 1936. Il a été ordonné prêtre en 1959 et oeuvré dans le monde ouvrier.

Il a occupé plusieurs fonctions au diocèse de Montréal avant d'être nommé archevêque de Montréal en 1990. C'est le Pape Jean-Paul II qui l'a nommé cardinal.

Jean-Claude Turcotte est connu pour plusieurs de ses prises de position. En 2007, il était intervenu dans le débat sur les accommodements raisonnables en tentant de calmer les esprits et nuançant la gravité de cette problématique.

En 2008, il a remis sa médaille de l'ordre du Canada pour protester contre celle qui avait été remise au docteur Henry Morgentaler, qui a défendu le droit à l'avortement au Canada.

En 2010, il commente pour la première fois les scandales de pédophilie qui secouent l'Église catholique, dénonçant des gestes « inacceptables et inexcusables » pour lesquels l'Église ne pouvait « que demander pardon aux victimes ».

Par contre, il n'a jamais voulu adresser d'excuses aux orphelins de Duplessis et a défendu la position de l'Église qui refuse de leur fournir des compensations financières.