POLITIQUE

Grève des enseignants en Colombie-Britannique: entente de principe après 5 jours de pourparlers

16/09/2014 07:42 EDT | Actualisé 16/11/2014 05:12 EST
CP

RICHMOND, C.-B. - Au terme d'un marathon de négociations, le syndicat et l'employeur des enseignants en grève en Colombie-Britannique sont parvenus à une entente de principe, mardi matin, avec l'aide du médiateur Vince Ready.

L'accord, dont les clauses ne peuvent être révélées pour l'instant, est survenu dans la nuit de lundi.

Les 40 000 membres du syndicats se réuniront jeudi pour voter, selon la porte-parole du syndicat Nancy Knickerbocker.

Si l'entente est entérinée, les enseignants devront prendre le temps de préparer les classes qui n'ont pas été utilisées depuis le mois de juin, a-t-elle ajouté.

Le syndicat des professeurs de la Colombie-Britannique a salué sur son compte Twitter «l'engagement, le courage et la force» de ses travailleurs.

Les directeurs d'école estiment que les écoles pourraient ouvrir, au plus tôt, lundi prochain. Le conseil scolaire de Vancouver a indiqué qu'il allait faire de son mieux pour que l'année scolaire commence le plus rapidement possible. La présidente du conseil d'administration Patti Bacchus a souligné que les directeurs s'y préparent depuis longtemps.

Mme Bacchus s'est dite très heureuse qu'il y ait une entente et surtout qu'elle soit le fruit de négociations entre les deux parties.

L'enseignant Ig Cheung s'est dit soulagé, tout en restant prudent. «J'espère juste que nous n'avons pas trop donné», a-t-il remarqué.

Il croit que plusieurs enseignants reviendront au travail avec peu de conviction. «Ce sera une année très différente. Certains professeurs ne feront qu'enseigner. Ils renonceront à participer aux activités parascolaires, comme l'entraînement sportif», a-t-il avancé.

Cette entente pourrait amener à la conclusion de la longue grève des professeurs et permettre au demi-million d'élèves de recommencer l'école, après avoir déjà manqué leurs deux premières semaines de classe.

Les enseignants sont sans contrat de travail depuis juin 2013. Depuis le mois d'avril dernier, le syndicat mène des moyens de pression pour forcer le gouvernement à revenir à la table de négociations. La taille des classes et le personnel de soutien sont au coeur du conflit.

Ils ont finalement pris les grands moyens en votant une grève pour les deux dernières semaines d'école, en juin dernier.