NOUVELLES

Péage sur le pont Champlain : les autres ponts paieront en congestion

15/09/2014 05:01 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:02 EDT
PC

Radio-Canada a obtenu l'étude secrète d'Ottawa sur les effets du péage sur le nouveau pont Champlain, dans laquelle on apprend que le péage aura un impact considérable sur la congestion des autres ponts. L'étude contient aussi un sondage dont l'échantillon a fait sourciller les experts que nous avons consultés.

Le lieutenant au Québec de Stephen Harper, Denis Lebel, a toujours été ferme : il y aura un péage sur le nouveau pont Champlain. Pour mesurer les impacts sur la circulation et les revenus générés par un péage, le gouvernement fédéral a commandé une étude à la firme britannique Steer Davies Gleave. Une étude dont Transports Canada a toujours refusé de dévoiler les résultats.

En 2021, avec un péage équivalent au tarif de l'autoroute 25, à Laval, près d'un quart des véhicules quitteraient le pont Champlain pour emprunter d'autres traversées. Il s'agit de près de 30 000 véhicules supplémentaires. L'impact le plus important se ferait sentir sur les ponts Victoria et Jacques-Cartier.

Sur Victoria, le volume de véhicules augmenterait de 35 % pour atteindre 135 % de la capacité maximale du pont à l'heure de pointe. Sur le pont Jacques-Cartier, l'impact est de 15 %, ce qui correspond à 175 % de la capacité du pont à l'heure de pointe.

« L'analyse des données historiques démontre que les autres traversées dépassent déjà dans certains cas un volume de circulation supérieur à 100 %. »

— Extrait de l'étude britannique

Si l'on se fie à l'étude, un nouveau système léger sur rails (SLR) ne fera pas de miracle. Le rapport prévoit que les occupants de seulement 3 % des voitures circulant sur l'actuel pont Champlain opteraient pour un transport en commun amélioré.

Si le fédéral optait pour le péage qui lui procure un maximum de revenus, le tarif serait de 4,40 $ par voiture, près de 15 $ par camionnette et près de 20 $ par camion. Le fédéral engrangerait ainsi des revenus de 118 millions de dollars par année.

Mais si le fédéral succombe à cette tentation, les ponts Victoria et Jacques-Cartier verraient leur capacité à l'heure de pointe de l'après-midi presque doubler, pendant que le nouveau pont serait très fluide.

« Le péage aurait pour effet de réduire la circulation sur le nouveau pont et cela soulève des inquiétudes parce que la circulation détournée ne peut être absorbée ailleurs sur le réseau. »

— Extrait de l'étude britannique

Un sondage crédible?

Selon le sondage contenu dans le rapport secret, 56 % des gens seraient favorables au péage, alors que 32 % seraient contre. Mais l'échantillon qui a mené à ce résultat laisse planer un doute sur la crédibilité de l'exercice, selon les experts que nous avons consultés.

Un total de 2007 personnes ont été rémunérées pour participer à ce sondage par Internet. De ce nombre, la plus forte proportion de répondants font le voyage entre Montréal et la Rive-Sud moins de trois fois par mois.

Ce qui donne des résultats plutôt étonnants : les répondants au sondage font la traversée à 75 % pour les loisirs, le magasinage, ou autres raisons personnelles. Et seulement 25 % pour le travail ou les études.

Le nombre de répondants qui prennent le pont Champlain de 10 à 14 fois par semaine correspond à deux personnes seulement.

Les auteurs de l'étude de Steer Davies Gleave sont basés à Vancouver, Boston et Londres, et selon nos sources, plusieurs aspects de l'étude démontrent une méconnaissance de la grande région de Montréal.

Cette étude était réclamée depuis longtemps par le gouvernement du Québec et les élus de la région de Montréal. Nous avons tenté d'obtenir les commentaires de Transports Canada, mais a refusé de nous accorder une entrevue.

Extraits du rapport de Steer Davies Gleave - mandat et méthodologie

Le mandat consiste à faire des prévisions pour mesurer les impacts sur la circulation, ainsi que les revenus générés par un péage. Ces prévisions serviront à développer le dossier d'affaires, à guider le gouvernement dans sa prise de décision. Ce rapport résume le travail technique entrepris et est basé sur la même méthodologie qu'emploient les investisseurs intéressés par le projet.

Le sondage vise à mieux comprendre le marché du pont Champlain et à recueillir des données pour raffiner le modèle de prévision de l'achalandage et des revenus du nouveau pont. Il a été réalisé par Internet auprès de 2007 participants rémunérés.

Ils résident à Montréal et dans les régions de Laval, de la Montérégie et de l'Estrie. Les données ont été recueillies entre novembre et décembre 2012. Les auteurs n'ont pas fourni de marge d'erreur, mais ont fourni l'avertissement suivant :

« L'échantillon de répondants n'est pas nécessairement identique au profil d'utilisateur global sur le pont. Cependant, la taille importante de l'échantillon permet de se concentrer sur les sous-échantillons qui correspondent à l'ensemble de la population des utilisateurs du pont. Un certain nombre de vérifications et des comparaisons ont été effectuées afin de s'assurer que l'analyse était robuste et adaptée à l'objectif. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Le futur pont Champlain