NOUVELLES

L'Australien Simon Gerrans aura une autre chance de passer à l'histoire dimanche

13/09/2014 04:26 EDT | Actualisé 13/09/2014 04:26 EDT
PC

Simon Gerrans pourrait éditer une nouvelle page de la jeune histoire du Grand Prix cycliste de Montréal dimanche après-midi sur le mont Royal, s'il est le premier à franchir la ligne d'arrivée, comme ce fut le cas vendredi à Québec.

En cinq ans d'existence, aucun cycliste n'est encore parvenu à compléter le doublé Québec-Montréal, et l'Australien de 34 ans a de bonnes chances de réaliser ce tour de force. Il avait eu une telle opportunité en 2012, après son premier triomphe dans la Vieille Capitale, mais Gerrans avait dû se contenter de la quatrième place, à quatre petites secondes du Norvégien Lars Petter Nordhaug, sur la montagne montréalaise.

Mais malgré le prestige qui pourrait accompagner un doublé victorieux, ce détail revêt peu d'importance à ses yeux, a confié le pilier de l'équipe Orica GreenEDGE, quelques minutes après son arrivée à la Gare Centrale, samedi midi.

"Non, pas vraiment!", a tranché Gerrans, dont les séjours en France lui ont permis de très bien maîtriser la langue de Molière.

"Toutes les courses sont importantes, et je veux bien faire chaque fois que je prends le départ. Je vise toujours le même objectif", a fait remarquer Gerrans, qui a devancé tous ses rivaux, vendredi, malgré le fait qu'il ait été victime d'un problème mécanique qui l'a contraint à procéder à un changement de vélo avec une vingtaine de kilomètres à négocier.

Le peloton, qui demeure relevé malgré l'absence de plusieurs vedettes du cyclisme international _ dont le Canadien Ryder Hesjedal _, inscrites au Tour d'Espagne, a cependant perdu l'une de ses principales têtes d'affiche.

Le Français Arthur Vichot, deuxième à Québec et 11e à Montréal lors des épreuves de 2013, n'a pas fait le voyage après s'être blessé à la clavicule droite vendredi. Toutefois, Gerrans, maintenant troisième du classement de l'UCI World Tour, devra surveiller Jean-Christophe Peraud, un autre Français, et le Portugais Rui Alberto Faria Da Costa, respectivement septième et neuvième au classement général.

"Il est toujours très difficile de gagner de telles courses, peu importe la condition dans laquelle vous êtes ou ce que vous avez accompli précédemment. Beaucoup d'attention sera porté à notre équipe et à moi-même, c'est évident. Mais nous sommes tous dans la même situation. Nous avons participé à une course difficile hier (vendredi) et nous avons tous voyagé dans les mêmes conditions."

Houle en santé

Le Canada comptera une dizaine de participants dimanche, dont Ryan Anderson qui a réalisé la meilleure performance parmi ses compatriotes avec une 27e place vendredi, et les Québécois Hugo Houle et Antoine Duchesne.

Houle s'est classé au 45e rang vendredi, à 41 secondes du vainqueur, malgré le fait qu'il ait dû attendre son coéquipier Romain Bardet, l'un des leaders de l'équipe AG2R La Mondiale, pour l'aider à remonter le peloton après que ce dernier eut été victime d'un problème de vélo en dernière portion de course.

"J'étais satisfait de ma performance, car ça prouve que je suis en forme", a confié l'athlète de 23 ans de Sainte-Perpétue, lors d'une conversation téléphonique suivant une séance d'entraînement dans les rues de Montréal samedi après-midi.

La prestation du jeune cycliste québécois l'a d'autant plus satisfait qu'il a dû combattre des problèmes gastriques, en août. Mais il assure aujourd'hui être en pleine santé, et il se dit prêt à affronter un tracé qui lui sied un peu moins bien que celui de Québec, de son propre aveu.

"Le parcours (de Montréal) est très difficile et beaucoup plus sélectif que celui de Québec, qui me convient un peu plus. La montée est plus longue et il est très technique. Nous n'avons pas encore eu notre rencontre d'équipe, et je ne sais pas si l'on me donnera un peu plus de champ libre, mais je ferai ce que l'on me demandera et je travaillerai pour l'équipe", a-t-il souligné.

Quant à Duchesne, qui évolue au sein de l'équipe Europcar, il s'attend à être présent sur le circuit du mont Royal, dimanche, malgré une lancinante blessure au genou droit qui l'a forcé à abandonner, vendredi, après seulement huit tours.

"J'ai très mal au genou aujourd'hui, et j'espère que les anti-inflammatoires vont aider. Je vais partir avec la même tactique qu'hier (vendredi), c'est-à-dire de travailler pour les coureurs et d'en faire le plus possible pour les aider. Je vais le faire tant que je serai capable de le supporter. Quand tu es blessé, tu es blessé", a philosophé le cycliste de 22 ans originaire de Chicoutimi.

En tout, 151 cyclistes devraient prendre part à la compétition dimanche.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

5 bonnes raisons d'opter pour le vélo