POLITIQUE

Négociations avec les médecins : Québec doit prendre son mal en patience

12/09/2014 03:26 EDT | Actualisé 12/09/2014 06:21 EDT
PC

L'ultimatum qu'avait lancé le ministre de la Santé aux médecins pour faire progresser les négociations sur l'étalement de leur rémunération est resté lettre morte.

Gaétan Barrette avait donné aux omnipraticiens et aux spécialistes jusqu'à 17 h vendredi pour répondre à la proposition qu'avait mise Québec sur la table mercredi dernier. Mais spécialistes et omnipraticiens n'ont pas obtempéré, optant visiblement pour une étude plus approfondie de la proposition du gouvernement Couillard.

Désormais, le prochain rendez-vous entre la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et le ministre de la Santé sera lundi, 18 h, à Montréal. Du côté des spécialistes, aucune rencontre n'est au programme pour le moment.

Rappelons que le gouvernement de Philippe Couillard souhaite étaler les 900 millions de dollars que représentent les augmentations salariales sur une période de neuf ans, alors que les médecins souhaitent que cet étalement soit réparti sur un maximum de six ans. Le gouvernement compte sur cette entente pour lui permettre d'atteindre l'équilibre budgétaire dès le prochain exercice.

En après-midi, vendredi, le président de la Fédération des omnipraticiens, Louis Godin, a expliqué en entrevue sur ICI RDI qu'il était « peu probable » que ses membres reviennent avec une contre-proposition « sérieuse et raisonnable » dès vendredi soir, comme le leur avait intimé le ministre Barrette.

« On a eu mercredi dernier, après plus de huit semaines d'attente, une proposition qui est quand même différente de celle qu'on avait, nous. On a un étalement beaucoup plus long que celui qu'on regardait au départ. [...] On est conscients que les négociations ne peuvent pas durer éternellement et que, si règlement il y a, il doit arriver bientôt. Mais il nous faut mettre au point une contre-proposition raisonnable et équitable. »

— Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Le Dr Godin a expliqué par ailleurs que la proposition la plus récente faite par le gouvernement « ne correspond pas aux paramètres qui avaient été mis de l'avant » et que, par conséquent, il faut tout réévaluer avec les membres de la Fédération, soit les 19 associations qui la composent.

De plus, a poursuit le président de la Fédération des omnipraticiens du Québec, l'entente qu'avaient signée les médecins généralistes avec le gouvernement date de trois ans « et là on me dit " Vous pouvez nous faire confiance; ce qu'on va étaler aujourd'hui sur neuf ans; soyez assurés que ce sera respecté " ».

Selon le Dr Godin, il importe pour les médecins d'avoir certaines garanties pour s'assurer « que la prochaine entente va être respectée ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les points saillants du 1er budget Leitao