NOUVELLES

Seuls 19% des Français voteraient la confiance à Valls (SONDAGE)

11/09/2014 07:34 EDT | Actualisé 11/09/2014 07:36 EDT
ASSOCIATED PRESS
French Prime Minister Manuel Valls arrives for the first weekly cabinet meeting after municipal elections, at the Elysee Palace in Paris, Friday, April 4, 2014. The government shake-up was expected after Hollande's Socialist party suffered big losses in nation-wide voting for mayors and city counselors last week. (AP Photo/Michel Euler)

Manuel Valls obtiendra-t-il la confiance de l'Assemblée nationale le 16 septembre prochain? Malgré la double fronde des écologistes et d'une partie du groupe socialiste, le chef du gouvernement devrait avoir d'avantage de chances de convaincre les députés que l'opinion française.

A en croire le baromètre YouGov du mois de septembre réalisé pour Le HuffPost et Itélé, moins d'un Français sur cinq (19%) voterait la confiance au gouvernement Valls. A l'inverse, 57% des Français voteraient contre tandis que 23% préfèrent réserver leur réponse. Très concrètement, si les Français avaient voix au chapitre, le gouvernement Valls serait contraint de rendre sa démission, ce qui entraînerait très probablement une dissolution de l'Assemblée nationale.

En avril dernier, 30% des Français auraient voté la confiance

Outre la très profonde défiance qui s'exprime à l'égard de la politique de l'exécutif, ces résultats permettent de mesurer l'ampleur de la plongée de la cote de confiance du premier ministre et de son équipe en seulement six mois. Lors du premier vote de confiance en avril dernier, YouGov avait posé la même question à son panel. A l'époque, 30% des personnes interrogées, soit 11 points de plus, avaient témoigné leur confiance au nouveau chef de gouvernement. 42% lui avaient alors refusé leur soutien.

Un semestre plus tard, la défection de l'électorat d'extrême gauche et écologiste se fait durement ressentir. A peine un sympathisant socialiste et EELV sur deux (49%) voterait la confiance. Et seuls 18% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot feraient de même.

S'il semble peu probable que Manuel Valls soit mis en minorité mardi prochain, cette défiance de l'opinion de gauche devrait toutefois s'exprimer lors du vote des parlementaires. Plusieurs élus de la majorité ont d'ores et déjà menacé de s'abstenir pour réclamer à Manuel Valls une inflexion de la politique économique de son gouvernement.

Sondage réalisé sur Internet entre le 4 et 7 septembre 2014 (méthode des quotas) sur un échantillon représentatif de 1009 Français de 18 ans et plus. En partenariat avec: yougov

Rejoignez le panel YouGov!

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter