NOUVELLES

Québec veut rendre les taxis plus sécuritaires

10/09/2014 09:31 EDT | Actualisé 10/09/2014 09:31 EDT
Radio-Canada

Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, veut faire le ménage dans l'industrie du taxi montréalais et québécois. Le ministre entend renforcer la vérification des antécédents judiciaires des chauffeurs de taxi avant de les laisser silonner les rues des villes québécoises au volant d'une voiture de taxi.

Le ministre Poeti souhaite aller de l'avant dans ce dossier après que plusieurs femmes eurent indiqué au réseau anglais de Radio-Canada avoir été agressées ou harcelées sexuellement par des chauffeurs de taxi.

La majorité des villes canadiennes importantes exigent de telles vérifications, mais à Montréal - et au Québec en général - aucune mesure du genre n'existe pour éviter à des femmes de monter à bord d'un taxi conduit par un criminel.

« C'est sur le dessus de ma pile et je vais m'y attaquer rapidement. » — Robert Poëti

L'enquête du réseau anglophone de Radio-Canada a révélé que la plupart des chauffeurs de taxi montréalais ne sont pas soumis à un examen de leurs antécédents judiciaires et qu'une hausse du nombre d'incidents impliquant des chauffeurs de taxi soulèvent des questions au sujet de la sécurité des femmes.

Lui-même un ancien policier, M. Poëti s'est dit étonné d'apprendre que le passé criminel des chauffeurs de taxi ne soit pas scruté à la loupe. Le ministre a indiqué que son gouvernement allait remédier à la situation rapidement.

Le Bureau du taxi de Montréal attend une solution depuis des années dans ce dossier. « Nous sommes préoccupés », a déclaré le directeur général du Bureau du taxi de Montréal, Benoît Jugand. « Nous sommes prêts à le mettre en application [la vérification des antécédents judiciaires]. »

M. Jugand soutient que la Ville de Montréal attend une législation provinciale dans ce dossier, mais il précise que si le gouvernement ne met pas bientôt une politique sur pied la Ville pourrait devoir aller de l'avant.

La loi provinciale qui régit les permis de chauffeur de taxi prévoit qu'un tel permis ne peut être délivré à une personne ayant été condamné à une infraction criminelle - « ayant un lien avec les aptitudes requises et la conduite nécessaire pour exercer le métier de chauffeur de taxi » - dans les cinq dernières années précédents le dépôt de la demande.

Pour obtenir, maintenir ou renouveler un permis de chauffeur de taxi, une personne doit:

  • Réussir un examen portant sur les connaissances requises et dont les formalités, les modalités et le contenu sont établis par la Société ou, le cas échéant, une autorité municipale ou supramunicipale, la réussite de tel examen valant, pour une même personne, pour tout renouvellement subséquent de son permis de chauffeur de taxi;
  • Ne pas avoir été déclarée coupable, au cours des cinq dernières années, d'une infraction criminelle ou d'un acte criminel commis à l'occasion de l'exploitation d'un service de transport par taxi;
  • Ne pas avoir été déclaré coupable, au cours des cinq dernières années, d'une infraction criminelle ou d'un acte criminel ayant un lien avec les aptitudes requises et la conduite nécessaire pour exercer le métier de chauffeur de taxi;
  • Ne pas avoir été déclarée coupable, au cours des cinq dernières années, d'une infraction criminelle ou d'un acte criminel concernant le trafic de stupéfiants, leur importation ou leur exportation et la culture de pavot et de chanvre indien et visés selon le cas aux articles 5, 6 et 7 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (Lois du Canada, 1996, chapitre 19);

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les routes les plus bizarres du monde