NOUVELLES

Restructuration: le couperet a commencé à tomber chez Bombardier Aéronautique

10/09/2014 04:32 EDT | Actualisé 10/09/2014 04:32 EDT
Bloomberg via Getty Images
A technician works on an airplane at the Bombardier Inc. production facility in Mirabel, Quebec, Canada, on Thursday, March 7, 2013. The CSeries is Bombardier’s biggest plane ever, and takes aim at the largest part of the global airliner market. Photographer: Patrick Doyle/Bloomberg via Getty Images

Le couperet a commencé à tomber chez Bombardier Aéronautique (TSX:BBD.B) dans la foulée de la restructuration annoncée en juillet dernier et c'est à Belfast, en Irlande du Nord, que les mauvaises nouvelles ont été annoncées.

Jusqu'à 390 travailleurs pourraient ainsi se retrouver au chômage, a indiqué mercredi une porte-parole de la société pour l'Europe, Haley Dunne.

"L'annonce a été fait à l'interne, a-t-elle confirmé au cours d'un entretien téléphonique. Nous avons pris le temps pour évaluer nos besoins et c'est à ce chiffre que nous sommes arrivés."

Quelque 300 employés temporaires et contractuels perdront leur emploi, alors qu'en vertu de certaines dispositions des lois du travail, le cas de 90 employés permanents est un peu plus spécial, a souligné Mme Dunne.

Plus de 6000 personnes, dont 5000 employés permanents, travaillent aux installations de l'entreprise montréalaise à Belfast.

"Il va y avoir une période de consultation de 30 jours, a-t-elle dit. Nous allons chercher des possibilités de réduire (le nombre d'employés). Ça va par exemple nous permettre de voir si des gens veulent prendre leur retraite."

Le sort des 300 employés temporaires et contractuels est quant à lui scellé et ils devraient quitter l'entreprise très rapidement, selon la porte-parole de Bombardier.

"Les changements doivent être effectués à la fin de l'année, mais nous voulons que ça se passe rapidement pour enlever de la pression ici", a précisé Mme Dunne.

Il a par ailleurs été impossible de savoir à quel moment les mauvaises nouvelles seraient annoncées aux employés de Bombardier Aéronautique à Montréal, Mirabel, Toronto ainsi qu'à Wichita, dans l'État américain du Kansas.

"Ça devrait se faire au cours des prochaines semaines, a rappelé une autre porte-parole, Isabelle Gauthier. Je n'ai pas encore de date et c'est la même chose quant aux (différents) endroits. On doit y aller un peu à la pièce en ce moment."

Le 24 juillet dernier, l'entreprise avait annoncé la restructuration de sa division aéronautique - qui sera scindée en trois secteurs _, ce qui entraînera l'élimination de quelque 1800 postes "indirects" en plus d'envoyer à la retraite Guy Hachey, qui était le président et chef de l'exploitation de Bombardier Aéronautique.

Ces licenciements s'ajoutent aux 1700 annoncés plus tôt cette année, principalement dans les régions de Montréal et Mirabel.

La division ferroviaire de Bombardier - où un gel d'embauche avait déjà été décrété pour les postes non reliés à la production - n'est pas épargnée non plus par les compressions, puisqu'il y aura également 1000 suppressions de postes d'ici la fin de l'année dans le cadre d'efforts visant à réduire les dépenses.

Entre-temps, les essais en vol de la CSeries ont repris dimanche après plus de trois mois d'interruption en raison d'un incident de moteur survenu le 29 mai dernier. Le nouvel avion commercial de Bombardier doit accumuler 2400 heures de vol afin d'obtenir la certification de Transports Canada.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, le titre de Bombardier s'appréciait de trois cents pour s'échanger 3,68 $.

INOLTRE SU HUFFPOST

Bombardier CSeries jets