POLITIQUE

Barrette presse les médecins de s'engager dans un blitz de négos

10/09/2014 12:09 EDT | Actualisé 10/09/2014 12:14 EDT
Radio-Canada

Les deux fédérations de médecins qui n'ont pas encore conclu d'entente avec le gouvernement du Québec devront, dès ce soir, s'engager dans un blitz de négociations : c'est du moins ce à quoi s'attend le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, qui y est allé de déclarations sans équivoque en ce sens, mercredi, avant l'ouverture du conseil des ministres à Québec.

Les deux fédérations en question sont la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).

« La contre-proposition sera faite ce soir et, comme toujours, on espère avoir une entente négociée qui prend en considération les enjeux budgétaires du Québec. Ce qui est en jeu ici, c'est pas simplement un étalement de la rémunération mais bel et bien les finances publiques dans leur entier, incluant la viabilité du système de santé. » — Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette

Un peu de pression

Les médecins spécalistes et les omnipraticiens auront-ils à faire face à une loi spéciale s'ils n'obtempèrent pas? Le ministre Barrette a d'abord déclaré : « On envisage toutes les possibilités, on n'a pas le choix ». Il a toutefois précisé qu'une loi spéciale n'était pas « sur la table d'aucune manière ».

Selon le ministre Barrette, il est temps que les fédérations en cause acceptent de faire avancer les pourparlers sur la révision de leur rémunération et l'étalement de leur augmentation salariale. « On ne peut pas toujours avoir une négo qui arrive au même point », s'est impatienté Gaétan Barrette, qui estime que les négociations ne peuvent durer « des semaines ».

« Je pense que ce soir les choses doivent commencer à bouger; on va demander aux fédérations de s'engager dans un blitz de négociations. » — Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

« Des échanges ardus »

Vendredi dernier, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, Louis Godin, affirmait dans une lettre envoyée aux membres de la FMOP : « Nous ne sommes malheureusement pas, à ce jour, proches d'une entente ».

Pour étoffer cette évaluation pessimiste de la situation, le Dr Godin énumérait les raisons suivantes :

  • le gouvernement n'a déposé que des propositions inacceptables en termes de délais (des étalements sur 15 et 10 ans) et en termes financiers (pratiquement un gel de notre rémunération pour l'année à venir par exemple);
  • le gouvernement a refusé de donner des réponses précises à certaines questions légitimes posées par la Fédération;
  • le gouvernement n'a pas fait la démonstration que ce qui est demandé comme effort financier aux médecins omnipraticiens est équitable par rapport à ce qui est demandé à l'ensemble du réseau de la santé, aux autres professionnels de la santé et à nos collègues spécialistes.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard