NOUVELLES

« Suis-je la prochaine? » se demandent les femmes autochtones

08/09/2014 10:14 EDT | Actualisé 08/09/2014 10:14 EDT
Ici Radio Canada

Des femmes autochtones ont lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux pour demander au gouvernement de Stephen Harper de tenir une enquête nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues.

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter sont inondés de photos de femmes qui tiennent une affiche sur lesquelles on peut lire « Am I next? », ce qui signifie « Suis-je la prochaine? »

La campagne a été lancée par Holly Jarret d'Hamilton, dont la cousine de 26 ans a été tuée en février. Le corps de Loretta Saunders, une Inuite originaire de Terre-Neuve, a été retrouvé sur l'autoroute 2 à l'ouest de Salisbury, au Nouveau-Brunswick.

Une professeure d'études autochtones à l'Université de la Saskatchewan, Priscilla Settee, soutient que la campagne est efficace, car elle attire l'attention sur les défis quotidiens que rencontrent ces femmes.

« Je n'avais aucune idée que [la campagne] allait prendre une telle ampleur », a déclaré Mme Jarrett. Elle note qu'elle a obtenu le soutien de nombreuses personnes non autochtones.

Un enjeu qui ne disparaîtra pas de lui-même

La professeure en études autochtones à l'Université de Winnipeg, Leah Gazan, affirme que cette campagne permet de donner un second souffle à la question des femmes autochtones disparues ou assassinées.

« Cet enjeu ne disparaîtra pas, de plus en plus de gens sont au courant des difficultés des femmes autochtones, dit-elle. Il y a plus de militants pour l'enquête nationale. »

Leah Gazana a ajouté que le refus de Stephen Harper de tenir une enquête nationale pourrait lui coûter des votes à la prochaine élection.

Le mois dernier, le premier ministre du pays a écarté l'idée d'une enquête nationale sur les nombreux cas de femmes autochtones assassinées ou disparues, en dépit des voix qui se sont élevées pour appuyer une telle démarche dans la foulée de la mort de Tina Fontaine à Winnipeg.

L'adolescente de 15 ans, qui était en fugue de chez sa famille d'accueil, a été retrouvée morte dans un sac, dans la rivière Rouge, le 15 août.

Dans un rapport publié en mai dernier, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a recensé 1181 cas, soit 1017 femmes autochtones tuées et 164 disparues, entre 1980 et 2012.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les Premières nations manifestent à Ottawa