NOUVELLES

Décès du cycliste écrasé par une autopatrouille à Québec, une enquête est en cours

04/09/2014 08:23 EDT | Actualisé 04/09/2014 09:22 EDT
Radio-Canada

Le cycliste heurté hier par une autopatrouille de la police de Québec dans le quartier Saint-Roch est décédé. La Sûreté du Québec qui mène l'enquête vient de confirmer que l'homme d'une cinquantaine d'années a succombé à ses blessures à l'hôpital quelques heures après l'accident.

L'identité de la victime n'est toujours pas connue puisque l'homme n'avait aucun papier sur lui. Plusieurs questions demeurent toujours sans réponses à la suite de cette intervention des policiers de Québec. La SQ doit rencontrer de nombreux témoins qui affirment que les agents ont écrasé la victime en reculant à bonne vitesse dans la rue pour l'interpeller.

L'accident est survenu non loin de l'église Saint-Roch sur la rue du Parvis. On ne sait toujours pas ce que les agents reprochaient au cycliste ni s'il a été heurté deux fois par la voiture comme le prétendent certains témoins.

Ce sont les policiers qui auraient aussi saisi la victime à bras le corps après l'impact pour l'amener jusqu'à l'ambulance. Un témoin, qui ne veut pas se nommer, raconte qu'il était visiblement en très mauvais état et que personne ne lui est venu en aide.

« Il se plaignait qu'il avait mal et demandait aux policiers de le lâcher. Il a commencé à changer de couleur du rose au gris et se plaignait beaucoup. Ensuite, l'autre auto de police est arrivée et toujours pas d'ambulance », affirme l'homme.

La scène déplacée

L'enquête devra aussi faire la lumière sur la raison qui a poussé les agents à mettre le vélo de la victime dans le coffre de leur autopatrouille, sans se soucier de laisser la scène de l'accident intacte.

Bien que les circonstances de l'accident soient encore nébuleuses, Stéphane Berthomet qui est analyste aux affaires policières trouve cet aspect de l'affaire « troublant ».

« Préserver une scène, que ce soit une scène de crime ou une scène d'accident, c'est le b.a.-ba du métier de policier pour permettre à ceux qui font l'enquête derrière d'avancer sur cette enquête », explique M. Berthomet.

Le véhicule et le vélo ont été remis sur les lieux de l'accident plus tard en après-midi pour permettre aux enquêteurs de la SQ de faire leur travail.

Une autopsie sera pratiquée dans les prochains jours pour déterminer la cause exacte du décès.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter