POLITIQUE

Caucus présessionnel: la CAQ flirte avec les régions

02/09/2014 05:22 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:29 EDT
PC

Les élus de la Coalition avenir Québec seront réunis à Chicoutimi mercredi et jeudi pour leur caucus en vue de la rentrée parlementaire.

Et ce n'est pas un hasard si la CAQ a choisi le Saguenay, alors que le PQ est resté à Québec et que le PLQ se réunit à La Malbaie. «Si on veut devenir une alternative crédible aux libéraux dans quatre ans, on a besoin des régions du Québec, explique le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel. On a besoin d'envoyer un message fort au Saguenay-Lac-Saint-Jean que nous souhaitons les représenter à la prochaine élection.»

La CAQ veut se défaire de son image de parti confiné à la vallée du St-Laurent. «[Nous voulons] envoyer un message clair et aller sur le terrain de nos adversaires pour leur dire que nous sommes là, poursuit François Bonnardel. Je pense que c'est un message important qu'on va envoyer à toutes les régions du Québec d'ici la prochaine élection.»

En fait, les caquistes se réuniront dans la circonscription du chef de l'opposition officielle, le péquiste Stéphane Bédard, et tout près de Roberval, la circonscription du premier ministre Philippe Couillard. «Ici, il y a une majorité de députés du Parti québécois, dit François Bonnardel. Ils auront à redéfinir leur parti, donc c'est le moment pour nous de leur dire 'vous êtes roi ici aujourd'hui, mais demain c'est nous qui allons faire des gains'».

D'ailleurs, un récent sondage affirme que la CAQ arrive deuxième dans les intentions de vote au Québec, mais première chez les francophones. Le parti profite du recul du PQ, qui est toujours sans chef depuis le départ de Pauline Marois.

Dossiers prioritaires

Parmi les dossiers prioritaires pour la CAQ cet automne, François Bonnardel souligne l'adoption du projet de loi 3. Plutôt que de recourir à un arbitre, la CAQ suggère de permettre aux villes d'imposer aux employés les conditions pour régler les déficits des régimes de retraite.

La CAQ propose également d'abaisser les divers tarifs imposés aux contribuables, dont ceux de la SAAQ. Le Huffington Post Québec rapportait la semaine dernière que le bilan routier s'améliore et que le nombre de réclamations à la SAAQ a diminué de 24% depuis 2010. «Il faut baisser les tarifs de la Société d'assurance-automobile du Québec rapidement, dit François Bonnardel. Quand on a un bon bilan routier, il faut redonner rapidement aux Québécois ce qui leur revient.»

Dès la rentrée, le ministre de l'Éducation Yves Bolduc sera également dans le collimateur de la CAQ. Le parti a déjà demandé sa démission en raison des primes qu'il a récoltées pour son travail de médecin alors qu'il était député de l'opposition. «Monsieur Bolduc a perdu énormément de points dans l'opinion publique cet été, dit François Bonnardel. Il a même fait des déclarations qui sont assez surprenantes pour un ministre qui est là depuis quand même un certain temps. On va le suivre de près.»

La carrière de François Legault