NOUVELLES

Aucune accusation criminelle dans le dossier du décès d'Alain Magloire

02/09/2014 03:45 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST
FOTOimage

MONTRÉAL - Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a annoncé mardi qu'aucune accusation criminelle ne serait déposée contre les policiers relativement au décès d'Alain Magloire, lors d'une intervention policière en février dernier à Montréal.

Le DPCP en est arrivé à cette conclusion après une enquête indépendante de la Sûreté du Québec et l'étude de l'ensemble des preuves. Les procédures ont été menées de manière indépendante afin de s'assurer que les intervenants dans l'enquête n'aient pas de contacts avec les policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) impliqués dans cette intervention.

Alain Magloire avait été abattu au centre-ville de Montréal le 3 février dernier. L'homme de 41 ans était vraisemblablement en état de détresse psychologique quand un agent du SPVM avait ouvert le feu sur lui, alors qu'il était armé d'un marteau.

Dans sa décision, le DPCP dit avoir conclu que le policier qui a fait feu craignait pour la vie de son collègue en raison du comportement de M. Magloire. Il aurait ainsi respecté les articles du Code criminel qui permettent aux agents de la paix d'utiliser la force jugée nécessaire, incluant ouvrir le feu sur une personne, si une autre personne est menacée de subir des blessures graves.

Le policier aurait fait face à des accusations criminelles si on avait jugé qu'il avait utilisé une force excessive.

Le DPCP a annoncé la nouvelle à la famille d'Alain Magloire avant de la rendre publique.

Père de deux filles et fils de l'ancien ministre haïtien de la Justice René Magloire, Alain Magloire souffrait de problèmes de santé mentale. Il avait fait des études en biochimie et en biologie moléculaire avant de voir sa vie basculer dans les années 2000. Selon sa famille, il avait consommé de l'ecstacy lors d'une fête et avait ensuite développé des troubles psychologiques qui l'ont mené jusqu'à la rue.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des fusillades mortelles impliquant le SPVM