NOUVELLES

Une école du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne donnera pas de devoirs à ses élèves

01/09/2014 02:47 EDT | Actualisé 01/11/2014 05:12 EDT
Zoonar RF via Getty Images

MONTRÉAL - Des élèves d'une école du Saguenay-Lac-Saint-Jean peuvent s'attendre à disposer d'un peu plus de temps libre au cours de l'année scolaire qui vient de s'amorcer.

Dans le cadre d'un projet-pilote, les devoirs ont été bannis dans un établissement scolaire de la municipalité de Saint-Ambroise, une règle qui s'applique à toutes les classes.

Les 339 enfants fréquentant le Collège de Saint-Ambroise/Bon Pasteur vivront cette expérience pendant un an.

La porte-parole de la Commission scolaire De La Jonquière, Marie-Ève Desrosiers, a indiqué que son organisation veut voir si la mesure va avoir un impact positif sur les résultats scolaires.

Elle a précisé que les enseignants auront, cependant, le droit de donner des leçons à leurs élèves, mais qu'il n'y aura pas, par exemple, «quatre pages de problèmes mathématiques».

«Le tout s'appuie sur des recherches démontrant que le moment des devoirs devient de plus en plus difficile, a dit Mme Desrosiers en entrevue. Souvent, les enfants sont à la garderie de 7h à 17h, et plusieurs familles trouvent le tout de plus en plus difficile, alors nous avons décidé de l'essayer à notre école.»

Cette expérience ne sera pas une première. Une école de Barrie, en Ontario, avait adopté la même ligne de conduite en 2008, et a constaté que les notes des élèves avaient augmenté.

En Europe, le président français François Hollande a jonglé avec l'idée d'une interdiction nationale en 2012, tandis que les écoles allemandes ont elles aussi dit adieu aux devoirs. Etta Kralovec, une professeure de l'Université de l'Arizona et l'auteure de «The End of Homework», soutient que les élèves du primaire sont souvent trop occupés par les devoirs qu'ils n'ont pas le temps de participer à des activités scolaires, voire même de jouer. «Les études révèlent clairement qu'il n'y a pas d'avantages au primaire», dit Mme Kralovec.

«Au secondaire, c'est un peu plus compliqué.»

Certains parents canadiens semblent eux aussi sceptiques des avantages. Une étude réalisée en 2008 à l'Université de Toronto, portant sur des familles ontariennes et du reste du pays, a permis de déterminer que plusieurs parents «n'étaient pas certains de l'effet positif des devoirs sur la réussite scolaire».

Selon Mme Desrosiers, la décision de faire disparaître les devoirs a été bien accueillie par les parents, bien que certains craignent de ne plus être autant impliqués dans le processus d'apprentissage de leurs enfants. Pour la porte-parole, cela n'est cependant pas le cas. «Il y aura également un cahier d'exercices pour que les parents puissent suivre ce que les élèves font.»