NOUVELLES

Une présence de soldats russes en Ukraine "serait intolérable et inacceptable" (Hollande)

28/08/2014 04:19 EDT | Actualisé 27/10/2014 05:12 EDT

Le président français François Hollande a estimé jeudi qu'une éventuelle présence de soldats russes dans l'est de l'Ukraine serait "intolérable et inacceptable", lors d'un discours devant les ambassadeurs français réunis à Paris.

"S'il est avéré que des soldats russes sont présents sur le sol ukrainien, ce serait intolérable et inacceptable", a déclaré M. Hollande, en demandant à la Russie de "respecter la souveraineté de l'Ukraine" et de "cesser son soutien aux séparatistes".

Kiev a annoncé lundi la capture de soldats russes sur son territoire. Une source au ministère de la Défense russe a assuré que ces soldats avaient passé la frontière "par accident". La Maison Blanche a dénoncé des "incursions militaires" qui constituent selon elle "une escalade significative" du conflit dans l'est de l'Ukraine.

Le conflit en Ukraine est "une des crises les plus graves depuis la fin de la guerre froide", a souligné le président français. Il "met en cause les principes sur lesquels notre sécurité collective est fondée depuis la fin de la guerre froide", a-t-il aussi souligné.

"D'un côté, la Russie doit respecter la souveraineté de l'Ukraine, cesser son soutien aux séparatistes et les amener à accepter un cessez-le-feu bilatéral. Elle doit contrôler effectivement sa frontière et en terminer avec les transferts d'armes et de matériels", a-t-il ajouté. "De l'autre, les autorités ukrainiennes doivent faire preuve de retenue dans les opérations militaires et décider d'une large décentralisation au bénéfice des régions russophones", a-t-il précisé.

M. Hollande a indiqué que la France était prête avec l'Allemagne à organiser une nouvelle rencontre entre les présidents ukrainien et russe "dès que les conditions seront réunies".

Une première rencontre entre Petro Porochenko et Vladimir Poutine, sous l'égide de François Holande et Angela Merkel, avait eu lieu en France le 6 juin, à l'occasion des commémorations du débarquement allié en Normandie.

Les deux hommes se sont à nouveau rencontrés en tête à tête mercredi à Minsk, sans grandes avancées concrètes pour une fin du conflit dans l'est de l'Ukraine.

Le président français a menacé que les sanctions contre la Russie soient "maintenues, voire augmentées si l'escalade se poursuit".

La Russie ne peut, à la fois, aspirer à être une puissance reconnue du XXIe siècle et ne pas en respecter les règles (...) Cette contradiction, c'est bien évidemment d'abord au président russe de la résoudre", a-t-il souligné. "La France et l'Union européenne souhaitent poursuivre l'approfondissement de leurs relations avec la Russie. Et aujourd'hui, la crise ukrainienne est un blocage majeur".

nou/prh/pt

PLUS:hp