NOUVELLES

Toutes les piscines devraient être clôturées, selon les coroners

28/08/2014 01:15 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT
Getty

Le bureau du coroner du Québec recommande que la règlementation sur la sécurité des piscines résidentielles soit appliquée à toute piscine, peu importe sa date d'installation. Ces recommandations sont faites alors que deux coroners viennent de déposer leur rapport respectif sur les noyades de deux enfants, en 2012 et 2013, à Magog et à Saint-Georges

Les piscines où sont survenues ces noyades ont été construites avant l'adoption, en 2010, de la Loi sur la sécurité des piscines résidentielles.

Actuellement, en vertu de l'article 10 de la section lV de la Loi, les installations datant d'avant le 22 juillet 2010 n'ont pas à se munir d'une enceinte. C'est cette situation que souhaite changer le coroner.

L'importance d'une enceinte et autres dispositifs de sécurité

Pas la première fois...

Au Québec ce n'est pas la première fois qu'il est recommandé d'étendre les normes à toutes les piscines résidentielles, quelle que soit leur date d'installation.

En janvier dernier, le rapport de la coroner Denyse Langelier sur la noyade de Brendon Bellefleur Isabelle, contenait cette recommandation. Le bambin s'était noyé dans une piscine hors terre le 12 juillet 2012, à Sainte-Anne-des-Plaines. Le drame aurait pu être évité s'il y avait eu une porte qui se referme et se verrouille automatiquement pour accéder à la piscine.

Chaque année, près d'une centaine de personnes perdent la vie par noyade au Québec. La moitié des noyades chez les 0 à 5 ans surviennent dans des piscines résidentielles, selon la Société de sauvetage.

Les bambins sont les plus à risques

Andrée Kronstrôm est l'une des deux coroners à avoir produit un rapport sur la question cette semaine. Elle explique qu'il s'agit de rapports d'investigation privée, et non d'enquêtes publiques. Néanmoins, elle souhaite que les recommandations qui en émanent « interpellent tous les propriétaires de piscine ». Ce sont les enfants de 1 à 4 ans qui sont les plus vulnérables, rappelle-t-elle et chacune des municipalités doit activer les leviers dont elle dispose pour assurer la surveillance, que ce soit en effectuant des visites à domicile pour s'assurer que les règles sont respectées ou en imposant des amendes aux propriétaires qui ne sont pas en règle. 

Ce ne sont pas toutes les dispositions de la Loi qu'on veut rendre rétroactives, a expliqué en substance la coroner, mais celles qui touchent aux mécanismes encadrant l'accès aux piscines. 


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

La sécurité des enfants autour de l'eau