NOUVELLES

Magnotta: le père de Jun Lin demande que des preuves ne soient jamais publiées

28/08/2014 02:37 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT
CP

MONTRÉAL - La famille de l'homme qui aurait été tué par Luka Rocco Magnotta à Montréal demande que certains éléments de preuve considérés comme obscènes restent sous scellés de façon permanente.

Des avocats étaient réunis dans une salle du palais de justice de Montréal, jeudi, pour discuter de plusieurs aspects liés au procès pour meurtre prémédité de Magnotta, en lien avec la mort de l'étudiant chinois Jun Lin en mai 2012.

L'avocat Benoît Lapointe, qui représente le père de Jun Lin, Diran Lin, demande que la Cour supérieure du Québec s'assure que certains éléments de preuve ne soient jamais rendus publics ni diffusés dans les médias.

«Nous avons présenté au nom du père de la victime, une requête visant à faire en sorte que la cour interdise l'accès, la reproduction et la publication et la diffusion de certaines des pièces au dossier produites à l'enquête préliminaire, car elles représentent, à notre point de vue, du matériel obscène», a dit Me Lapointe.

Ces éléments ont été présentés sous une interdiction de publication lors d'une audience devant un tribunal inférieur ayant déterminé que Magnotta, âgé de 32 ans, était apte à subir son procès.

Mark Bantey, un avocat qui représente plusieurs médias, a indiqué que ses clients avaient accepté de ne pas diffuser ni publier certains éléments de preuve.

Me Bantey a dit à l'extérieur de la salle d'audience que ses clients étaient en accord avec la famille sur le caractère obscène de certains éléments.

Mais ils contestent que ce soit le cas pour tous les éléments concernés.

«D'autres pièces ne sont pas obscènes, a dit Me Bantey. Elles peuvent être choquantes, mais elles ne sont pas obscènes et elles devraient être rendues publiques.»

Le juge de la Cour supérieure du Québec, Guy Cournoyer, a remis sa décision à une date ultérieure.

La cour examine plusieurs requêtes préalables au procès jeudi et vendredi. La sélection du jury devrait commencer le 8 septembre.

Magnotta, qui était en cour, jeudi, a déjà plaidé non coupable à toutes les accusations.

En plus de l'accusation du meurtre de Jun Lin, Magnotta est accusé d'avoir commis un outrage au corps, d'avoir publié du matériel obscène, d'avoir harcelé le premier ministre Stephen Harper et d'autres députés, et d'avoir envoyé par la poste du matériel indécent et obscène.

Le magistrat a affirmé jeudi aux avocats s'attendre à ce que le processus pour constituer un jury bilingue prenne un certain temps. Par conséquent, la preuve devrait commencer à être entendue le 22 septembre, soit une semaine plus tard que ce qui avait été d'abord prévu.

Le procès devrait durer entre six et huit semaines.