NOUVELLES

Cuba : la presse officielle dénonce les pénuries

28/08/2014 12:18 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

Le quotidien officiel cubain Granma a dénoncé jeudi les pénuries "cycliques" de produits d'hygiène et d'entretien qui minent le quotidien des Cubains, un phénomène attribué en partie par les entreprises d'Etat à un problème de financement.

"Les pénuries de certains produits d'hygiène et d'entretien commercialisés par le réseau de magasins capteurs de devises (où l'on paye en peso convertible-CUC, qui vaut 25 CUP, et qui est aligné sur le dollar, ndlr) et les marché artisanaux industriels (MAI, où l'on paie en peso national-CUP) sont devenues un phénomène cyclique", affirme le quotidien du Parti communiste de Cuba (PCC).

Parmi les magasins d'Etat, figurent les MAI, qui proposent des articles produits localement, visent une clientèle modeste, à la différence des détaillants en devises, qui commercialisent généralement des produits importés, plus chers et de qualité supérieure.

Selon Granma, une tournée des commerces de La Havane a permis de "constater" l'absence, entre autres, "d'eau de Cologne, de talc, de rasoirs, de vernis à ongles". De même, manquaient sur les rayons plusieurs produits d'entretien tels que "des détergents, des dégraissants et des désinfectants".

En revanche, souligne l'organe officiel, l'approvisionnement en déodorant et en papier toilette s'est "stabilisé" après une longue période de pénurie en début d'année.

En ce qui concerne la production locale, "l'année 2013 a été très compliquée" du fait "d'une faible disponibilité de financements" qui a "limité l'achat de matières premières", a expliqué à Granma Geanny Bello, PDG d'Union Suchel, principal producteur et distributeur de produits d'hygiène.

Pour Granma, à ces difficultés de financement s'est ajouté un manque de "prévision, de planification" et "de respect des processus contractuels".

La presse officielle cubaine, jusqu'ici peu habituée à évoquer les dysfonctionnements économiques de l'île communiste, a occasionnellement fait état de ces problèmes d'approvisionnement depuis un an. En février, Granma avait déjà vertement dénoncé les pénuries et le mauvais accueil réservé aux clients dans les magasins d'Etat.

Ces commerces souffrent régulièrement de pénuries, et le café, le lait en poudre, les produits d'entretien, ou plus récemment la bière, sont souvent absents de rayonnages parfois à moitié vides.

rd/fj/ag/ka/sym

PLUS:hp