NOUVELLES

C'est la grande rentrée scolaire à Montréal

28/08/2014 08:23 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT
Phil Walter via Getty Images
AUCKLAND, NEW ZEALAND - MAY 15: Childrens schoolbags are pictured at Westminster Christian School on May 15, 2012 in Auckland, New Zealand. Minister of Finance Bill English will announce the 2012 New Zealand Budget on May 24 at New Zealand Parliment. In a pre-Budget announcement in Wellington today May 16 2012, Education Minister Hekia Parata has announced school class sizes are going up and the Government is looking at performance pay for teachers (Photo by Phil Walter/Getty Images)

La fin des vacances a sonné pour les quelque 72 000 écoliers de la Commission scolaire de Montréal qui retournent aujourd'hui en classe.

La CSDM, qui est la plus grosse commission scolaire au Québec, accueillera cette année pas moins de 10 000 enfants au niveau préscolaire, 39 000 au primaire et 23 000 au secondaire. Le tout réparti dans 200 écoles où travaillent plus de 8000 enseignants.

Comme par le passé, la CSDM a d'importants défi à relever notamment l'intégration linguistique de milliers d'enfants immigrants qui ne connaissent pas le français.   

Les trois quarts des écoliers de la CSDM sont nés au Québec. Or, moins de la moitié ont le français comme langue maternelle.

Cette situation particulière à la CSDM exige des moyens et des efforts importants de francisation d'une partie importante des élèves. Une vocation que n'ont pas les autes commissions scolaires au Québec, du moins dans une telle mesure, souligne la présidente de la commission scolaire, Catherine Harel-Bourdon.

Besoin d'espace et de locaux

Par ailleurs, l'augmentation démographique que connaît la région de Montréal engendre aussi de nouveaux besoins à la CSDM en matière de locaux et de nouvelles écoles. Sur les 32 écoles qui seront construites ou agrandies cette année au Québec, la moitié se situent dans la région de Montréal.

« On n'a pas beaucoup d'espace dans nos écoles, ça prend des pupitres pour tous les élèves [...] Sur dix ans, c'est 10 000 élèves de plus au primaire. C'est énorme, c'est 20 % de plus de clientèle au primaire », prévient la présidente de la CSDM.

Un casse-tête budgétaire

« C'est sûr qu'on a une réalité différente [de celle des autres commissions scolaires] et c'est sûr que ça a un impact sur notre déficit », précise la présidente de la CSDM.

« On a vraiment fait des choix pour préserver la mission éducative, la mission sociale dans nos établissements [...] Nous ce qu'on a fait c'est de préserver des services comme l'aide alimentaire, l'aide aux devoirs, les livres dans les bibliothèques [...] Le conseil des commissaires a voulu préserver ces programmes parce que c'est très important dans nos établissements étant donné l'immigration et la situation précaire de certaines de nos familles », explique Catherine Harel-Bourdon.

La CSDM étant une des plus importantes commissions scolaires de la province, elle est également appelée à jouer un rôle régional en dispensant des services spécialisés aux enfants qui ont des problèmes d'apprentissage, d'adaptation ou encore à ceux qui souffrent de handicaps qui nécessitent des moyens et des services particuliers.

Cette mission a caractère social, la CSDM tente de la préserver malgré les compressions budgétaires imposées aux commissions scolaires par le gouvernement du Québec.

Rappelons qu'en juin dernier, Québec a imposé des compressions supplémentaires de 15 millions de dollars à la CSDM dont le déficit atteint maintenant à 29,2 millions de dollars.

Sécurité routière

Comme il le fait à chaque rentrée, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rappelle les consignes de sécurité routière autour des écoles et des transports scolaires.

Dans le cadre d'une campagne baptisée « 100 % vigilant », les agents du SPVM seront présents près des écoles et travailleront en étroite collaboration avec les parents et les écoles pour assurer la sécurité des élèves.

Les efforts des policiers porteront surtout sur la sécurité des jeunes de 5 à 12 ans, qui sont la clientèle la plus à risque.