POLITIQUE

Ukraine: le Canada se tient prêt à prendre d'autres mesures pour isoler Poutine

28/08/2014 01:46 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT
Alex Wong via Getty Images
WASHINGTON, DC - JANUARY 17: Canadian Foreign Minister John Baird speaks as he participates in a joint press availability with U.S. Secretary of State John Kerry and Mexican Foreign Secretary Jose Antonio Meade January 17, 2014 at the State Department in Washington, DC. Secretary Kerry hosted the North American Ministerial with his counterparts to discuss 'advancing North American prosperity, North Americas leadership on energy and climate change, international engagement, and citizen security.' (Photo by Alex Wong/Getty Images)

OTTAWA - Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, s'en est pris à Vladimir Poutine pour son «invasion de l'est de l'Ukraine», l'avertissant que les pays de l'OTAN allaient préparer leur réponse à cette escalade de la crise.

À quelques jours du Sommet de l'OTAN, M. Baird a déclaré jeudi que les actions militaires de la Russie en Ukraine constituaient «une provocation significative».

Il a affirmé que le Canada se tient prêt à prendre d'autres mesures pour isoler le régime de Vladimir Poutine.

Il n'a toutefois pas précisé en quoi consisteraient ces mesures.

Jeudi, l'OTAN a indiqué que 1000 soldats russes sont entrés en Ukraine avec de l'équipement, et que des contacts «directs» avec les forces ukrainiennes ont fait des victimes. Quelque 20 000 soldats additionnels seraient massés à la frontière.

Utilisant des mots durs envers le président russe, M. Baird a indiqué que celui-ci n'avait plus aucune crédibilité et qu'il était malhonnête.

«Alors que le président Poutine parlait de cessez-le-feu, ses troupes étaient occupées à se battre en sol ukrainien», a dénoncé le chef de la diplomatie canadienne, lors d'une conférence téléphonique depuis Zagreb, en Croatie.

Selon lui, les actions de la Russie dans l'est de l'Ukraine sont «inacceptables, irresponsables et complètement imprudentes».

Devant l'escalade de la crise qui a marqué les derniers jours, notamment en lien avec les actions militaires russes dans l'est du pays, une réponse robuste est nécessaire, a insisté le ministre Baird, jeudi.

Pour la désamorcer, une action concertée avec les partenaires internationaux est nécessaire, a dit M. Baird, ajoutant que la Russie doit immédiatement cesser son agression en Ukraine, respecter sa souveraineté territoriale et retirer ses troupes.

«Il n'y a aucun doute que leurs actions subtiles dans l'est de l'Ukraine sont devenues une intervention active, une invasion active», a avancé le ministre.

Des avions de chasse canadiens vont patrouiller les frontières de l'espace aérien russe la semaine prochaine, dans le cadre de la réponse de l'OTAN à la situation qui se dégrade en Ukraine.

Au moins quatre des six CF-18 envoyés outre-mer par le gouvernement Harper sont arrivés à une base militaire située en Lituanie.

Ces missions aériennes ont pour but de rassurer les alliés européens, troublés par la prise de contrôle de la Crimée par les Russes et par les actions militaires en cours dans l'est du pays.

Les troubles en Ukraine seront bien sûr à l'ordre du jour lors du Sommet de l'OTAN qui aura lieu au Royaume-Uni. Le premier ministre Stephen Harper y sera les 4 et 5 septembre, accompagné entre autres de John Baird.

«Cette rencontre sera ainsi beaucoup plus importante que prévu», a ainsi souligné le ministre, en déplorant que le Conseil de sécurité de l'ONU soit impuissant, puisque la Russie y détient un droit de veto.

Selon M. Baird, les sanctions économiques imposées jusqu'à maintenant à la Russie et à ses dirigeants ont eu un certain impact, qui est loin d'être négligeable. «Des capitaux sont sortis du pays, les marchés sont affectés», a-t-il fait valoir.