DIVERTISSEMENT

Les potins de la rentrée à TVA

26/08/2014 10:10 EDT | Actualisé 26/08/2014 10:21 EDT
FOTOimage

Le sous-sol de TVA résonnait de rires, lundi soir, alors que les vedettes de la station célébraient en grandes pompes le lancement de leur programmation d’automne. L’atmosphère était légère et festive, les têtes d’affiche s’étaient mises sur leur 36, les conversations allaient bon train. Voici, en citations et en photos, quelques extraits de nos discussions avec les Martin Matte, Guillaume Lemay-Thivierge, Julie Bélanger et autres étoiles de la chaîne.

Les Beaux malaises de retour

Un épisode spécial des Beaux malaises, titré Les Beaux Noëls, terminera l’année à TVA, le 31 décembre prochain. Car, pour Martin Matte, les repas familiaux autour de dindes et d’atocas s’avèrent souvent les contextes les plus propices aux joyeux malaises et à ces moments incertains, où on hésite entre le rire et l’indignation. «Pour moi, le titre Les beaux malaises va bien avec un souper de Noël, a indiqué l’humoriste. Parfois, le seul lien qu’on a avec les gens de notre famille, c’est notre ADN. On n’est pas nécessairement amis avec nos frères, nos sœurs, nos beaux-frères, nos belles-sœurs. J’ai donc profité de ça pour écrire un spécial.»

Martin venait tout juste de visionner cinq épisodes de la deuxième saison des Beaux malaises, dans laquelle on ne plongera que l’hiver prochain, lorsque nous l’avons croisé dans les locaux de TVA. Le créateur de la série s’est dit un brin époustouflé par le succès remporté par son projet. «Je suis très, très content, s’est-il réjoui. Je souhaitais que ça marche bien, mais avec les changements qui s’opèrent à la télévision, versus le web, d’avoir deux millions de personnes à chaque semaine, ça m’a un peu dépassé. J’en suis vraiment heureux et flatté.» Martin Matte n’a pas voulu dévoiler de secrets sur les intrigues à venir dans sa comédie. Il a seulement laissé tomber qu’un épisode portera sur «les pauvres», et que Robert Lepage effectuera une apparition dans l’un des épisodes.

Maxim Roy revient dans O'

Maxim Roy a raconté que son personnage de Kathleen O’Hara, dans O’, fera face à de grands défis professionnels, cette année. «Ce sera beaucoup axé sur les challenges de Kathleen dans son métier, a dépeint la comédienne. La rivalité avec ses frères sera encore très présente, de même que sa volonté de faire sa marque et de prouver ses capacités à son père, encore une fois. Tous les enfants, dans cette famille, sauf Louisa (Marilyse Bourke), sont à la recherche de l’acceptation, en quête de se faire aimer, d’une drôle de façon, par leur père. Ce sont des relations presque incestueuses, psychologiquement. Il y a beaucoup de dépendance affective. Ils se disputent entre eux mais, si on les attaque de l’extérieur, ils se défendent, à la vie, à la mort. Kathleen est encore coincée dans le même pattern.» O’ reviendra en ondes le mardi 9 septembre, à 21h. Maxim Roy enregistre aussi, en ce moment, la deuxième saison de la version anglophone de 19-2, où elle interprète le personnage d’Isabelle (rôle joué par Julie Perreault dans la mouture originale).

Vendredi soir télé bien rempli

Il y a désormais beaucoup de trafic le vendredi soir à la télévision québécoise. Entre Le choc des générations, C’est ma toune et Vengeance à ICI Radio-Canada Télé, Deux hommes en or à Télé-Québec et C’est juste de la TV à ARTV, les téléspectateurs ont l’embarras du choix. Mais Julie Bélanger et son comparse de Ça finit bien la semaine, José Gaudet, ne s’inquiètent pas outre mesure devant la compétition. «On se concentre sur ce que nous, on veut faire, a expliqué Julie. Même si un invité se promène d’une émission à l’autre, il n’aura pas la même couleur qu’ailleurs lorsqu’il viendra chez nous. Ce qui guide nos choix et nos décisions, c’est le bonheur. On veut avoir du fun! José et moi, on a cette même valeur de base, d’être respectueux et de ne mettre personne en boîte. On est dans le plaisir, et je pense que les invités le sentent.»

Quels artistes Julie rêve-t-elle d’accueillir sur son plateau? «Céline Dion, ce serait bien agréable, a-t-elle répondu spontanément. Je capote aussi sur Robert Charlebois et j’aime beaucoup Diane Dufresne, même si je sais qu’elle n’aime pas donner dans ce genre de truc-là.» C’est le lundi soir qu’on enregistre, devant public, l’édition de Ça finit bien la semaine qui sera diffusée le vendredi suivant. Le talk-show retournera dans sa case-horaire du vendredi, à 21h, dès le 26 septembre. Julie Bélanger, qui célèbre cette année ses 20 ans de carrière et soufflera bientôt ses 40 bougies d’anniversaire, pilotera par ailleurs, toujours avec José Gaudet, le grand gala de la rentrée d’automne, à TVA, intitulé Vive la rentrée TVA ! La fête sera présentée au petit écran le 1er septembre, à 19h30.

10 ans pour Vlog

Sans tambours ni trompettes, Dominic Arpin s’apprête à souligner les 10 ans de Vlog, son magazine consacré aux perles loufoques dénichées sur Internet. «Je n’avais pas réalisé que Vlog existe depuis aussi longtemps, s’est étonné l’animateur. Je suis d’autant plus surpris que l’émission avait connu un départ un peu difficile, à l’origine. Quand on a commencé, le web n’était pas ce qu’il est maintenant. YouTube n’avait qu’un an ou deux, à peine. Après une demi-saison, à la fin de l’automne, la direction de TVA nous avait signifié que le résultat n’était pas à la hauteur des attentes. Moi, j’insistais, je leur disais que tout allait changer, qu’il allait y avoir une révolution. Finalement, TVA y a cru et a changé un peu la formule. J’ai beaucoup de respect pour eux, parce qu’ils ont vu qu’il y avait un potentiel.» Depuis, Vlog ouvre les soirées du dimanche avec ses vidéos légères et rigolotes.

Encore cet automne, Arpin et son équipe paveront la voie aux gros canons que sont Le banquier, L’été indien et Vol 920. «C’est un défi de trouver des vidéos qui plaisent autant aux enfants qu’aux adultes, a relevé Dominic. On met de côté les clips controversés. Par exemple, on n’aurait pas diffusé le vidéoclip de Nicki Minaj (Anaconda), cette semaine! (rires) On assume pleinement notre rôle d’émission grand public.»

Dans les dernières semaines, Dominic Arpin a aussi tourné de nouveaux épisodes de Cours toujours, son rendez-vous traitant de la course à pied, à MAtv, qui devrait reprendre l’antenne au début de 2015. Et, bien sûr, l’homme continue de prendre un soin jaloux de sa santé, lui à qui on a retiré un rein en avril 2013 suite à la découverte d’une masse cancéreuse. «Mes derniers tests à l’hôpital ont tous été super positifs, a-t-il assuré. Je dois faire attention à ce que je mange, mais il n’y a pas de récidive ou quoi que ce soit. Maintenant que je n’ai qu’un rein, je dois éviter les aliments très salés et les protéines, car le rein a de la difficulté à les filtrer. Mais au niveau de la santé et de l’énergie, tout va très bien.»

Du nouveau pour Vanessa Pilon à VRAK TV

Vanessa Pilon poursuivra sa mission de guide des médias sociaux à Salut, Bonjour! à tous les matins de la semaine, mais la jeune femme est également sur le point d’entamer un autre mandat fort stimulant, en s’emparant des commandes du nouveau magazine pour adolescents Vrak Attak, à VRAK TV. Avec ses camarades Nicolas Ouellet et Pascal Morrissette, Vanessa se lancera sur la trace de tout ce qui fait réagir, vibrer et rêver les jeunes, à travers de courtes capsules et des reportages colorés. «C’est drôle, parce qu’à la fin de mes études, j’étais certaine que ma carrière commencerait avec des émissions jeunesse, a précisé Vanessa. J’ai beaucoup fait d’animation pour les enfants, et j’ai accompagné des adolescents dans des voyages en Europe, en Égypte, au Pérou. J’aurais donc cru faire mes premières armes dans ce créneau et, ensuite, aller vers des émissions pour adultes, mais c’est le contraire qui s’est produit!» Malgré son horaire chargé, Vanessa Pilon arrive tout de même à conserver du temps dans son agenda pour son amoureux, l’humoriste Guillaume Wagner.

Guillaume Lemay-Thivierge à la barre de Fort Boyard et Faites-moi confiance

Entreprenant son deuxième tour de piste tant à la tête de Faites-moi confiance qu’à Fort Boyard, Guillaume Lemay-Thivierge n’aurait pas cru, il y a quelques années, que l’animation occuperait une telle place dans son parcours professionnel. Et pourtant… «Quand on m’a proposé Faites-moi confiance, au départ, je n’étais pas convaincu, s’est-il remémoré. Jusqu'à ce que je comprenne la texture de l’émission, son contexte, le côté sarcastique que je pouvais intégrer avec les participants. Je me suis un peu inspiré de Marc Labrèche, qui recevait toujours ses invités avec une pointe de sarcasme, quelque part. Il y avait toujours place à l’improvisation. Et, à Fort Boyard, je n’ai pas l’impression d’animer, mais plutôt de diriger un gros jeu dans lequel j’aimerais moi-même jouer plus que tout, avec des amis. Finalement, je m’amuse beaucoup à animer et j’applique ce que je vis depuis que je suis tout jeune, c’est-à-dire que je ne fais jamais la même chose.»

Fort Boyard a été déplacé dans la case du jeudi, à 19h, et la compétition sera lancée le 25 septembre, tandis que Faites-moi confiance garde ses droits le lundi, à 19h, à compter du 8 septembre. Guillaume Lemay-Thivierge a en outre réalisé les premiers épisodes de la nouvelle saison de 30 vies qu’on verra sous peu à ICI Radio-Canada Télé, et les scénarios s’empilent sur sa table de chevet en vue d’un retour au cinéma.

Mitsou: d'interviewée à intervieweuse

Mitsou tend l’oreille aux confidences de femmes accomplies, qu’elle admire, dans Dis-moi, une série d’entretiens dont elle nous invite à être témoins, à Moi&cie. La communicatrice et femme d’affaires a longuement discuté devant la caméra avec des figures féminines qui incarnent la réussite, comme Fabienne Larouche, Mylène Paquette, Anne-Marie Losique, Lise Ravary et Isabelle Maréchal. En résultent des partages inspirants, comme Mitsou les aime. «Ça prouve à quel point les femmes peuvent être complices entre elles, a argué cette dernière. On parle souvent de compétition entre les femmes, mais moi, je n’en ai pas vu pendant les tournages. Au contraire, on se parle au même niveau. Toutes les femmes ont une histoire à raconter.»

Avec Marie-France Bazzo, Mitsou jasera féminité et stéréotypes. À Nathalie Petrowski, elle avouera qu’une critique que cette dernière avait jadis écrite à son endroit l’avait beaucoup blessée. Quant à Sophie Lorain, elle s’est livrée comme on l’a rarement vue (et entendue) le faire. «C’est en fait un petit documentaire sur chaque femme. On va chez elle, dans son bureau, elle nous accueille, nous parle de sa vie. Ensuite, on va manger au restaurant et faire une activité ensemble. Je ne me suis pas donné le mandat d’être objective. Je n’ai peut-être pas la plus grande expérience comme intervieweuse, mais j’ai été interviewée pendant 25 ans ; je sais ce que c’est, être de l’autre côté. Et ce sont les femmes les plus discrètes qui m’en ont le plus donné», a détaillé Mitsou.

Ce «bonbon pour les femmes» de 30 minutes, comme le décrit Mitsou, se savoure à l’antenne de Moi&cie, le mardi à 22h30. Celle qui fait aussi équipe avec Sébastien Benoît, le midi, à Rythme FM, est par ailleurs actionnaire de minitrade.ca, un portail d’échange de vêtements en ligne, et vient de concevoir son premier bijou pour la campagne annuelle du magazine Clin d’œil pour la prévention du cancer du sein.

Rentrée 2014 à TVA