NOUVELLES

Téhéran a commencé à répondre aux questions sur son programme nucléaire (AIEA)

18/08/2014 11:32 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

L'Iran a commencé à répondre à cinq questions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur son programme nucléaire, dont celles sur une possible dimension militaire de ce dernier, avant l'expiration, le 25 août, du délai fixé, a annoncé lundi le patron de l'Agence.

Le Japonais Yukiya Amano, directeur général de l'AIEA, a fait une visite d'une journée dimanche à Téhéran, y rencontrant notamment le président Hassan Rohani.

L'Iran et l'AIEA ont conclu un accord en mai comprenant cinq mesures à prendre d'ici au 25 août, pour clarifier la nature des recherches réalisées par Téhéran dans le cadre de son programme nucléaire.

Ce plan contient deux mesures relatives à une possible dimension militaire (PMD), Téhéran niant toutefois une volonté d'acquérir la bombe atomique.

"Nous avons commencé la mise en application des cinq mesures, y compris celles concernant la PMD", a indiqué Yukiya Amano à l'aéroport de Vienne -l'AIEA a son siège dans la capitale autrichienne-, sans donner de détails sur le processus en cours, et refusant de dire si l'Iran serait capable de respecter la date-limite du 25 août.

"Nous avons commencé et ceci est important. Je m'attends à ce que des progrès soient réalisés la semaine prochaine", a-t-il précisé, ajoutant que certains membres de son équipe sont restés sur place pour continuer des inspections d'installations nucléaires iraniennes.

Répondre aux allégations sur la possible dimension militaire du programme nucléaire iranien constitue une partie importante d'un éventuel accord diplomatique majeur entre l'Iran et les grandes puissances, qui doit être trouvé d'ici au 24 novembre.

L'Iran, pour la première fois depuis six ans, avait partagé en mai des informations avec l'Agence, concernant cette fameuse PMD.

Les puissances occidentales soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique, alors que Téhéran affirme que son programme nucléaire est purement civil.

L'AIEA a en particulier reçu des éléments de clarification de la part de l'Iran sur des détonateurs d'explosifs susceptibles d'être utilisés pour une bombe atomique, a noté M. Amano.

"Nous avons également commencé à travailler sur de nouvelles mesures pratiques à prendre pour une nouvelle étape. J'espère et je m'attends à ce que l'on parvienne prochainement à un accord", a conclu le Japonais.

L'AIEA agit en parallèle aux négociations entre les six grands puissances du "5+1" (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) pour obtenir une accord diplomatique majeur. Une nouvelle série de négociations est prévue pour avant la prochaine Assemblée générale des Nations unies, le 16 septembre.

ssw/tba:bds

PLUS:hp