NOUVELLES

Syrie: 2e jour de pilonnage par l'armée des positions des jihadistes à Raqa (ONG)

18/08/2014 07:37 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

Les chasseurs bombardiers de l'armée syrienne ont frappé lundi pour le deuxième jour consécutif des positions des jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans leurs bastions à Raqa et Alep (nord), rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dimanche, 31 jihadistes et huit civils avaient été tués dans 43 raids contre des positions de l'EI, soit les frappes les plus intenses du régime contre ce groupe ultra-radical qui sème la terreur en Syrie et en Irak où il contrôle plusieurs régions.

Dans la province de Raqa (centre-nord), un des principaux bastions de l'EI en Syrie, ces appareils ont mené 16 raids tirant des missiles contre les positions des jihadistes, selon l'Observatoire qui rapporte la mort de trois civils.

Trois raids ont visé les environs de la ville de Tabqa, dans l'ouest de Raqa, quatre près de l'aéroport militaire de Tabqa, seule position encore aux mains du régime, et neuf sur des positions dans la ville de Raqa, où l'eau a été coupée après une frappe sur la principale station de pompage.

Dans la province d'Alep, où les jihadistes ont avancé rapidement la semaine dernière en chassant leurs ennemis rebelles, l'armée de l'air du régime a frappé plusieurs localités aux mains de l'EI, tuant huit civils à Menbej.

Dans la guerre complexe et multiforme qui ravage la Syrie, le régime combat depuis trois ans les rebelles qui sont également en conflit avec les jihadistes de l'EI.

Mais le front entre le régime et l'EI s'est ouvert en juillet après des attaques sanglantes des jihadistes contre des positions de l'armée dans la province de Raqa, tuant plus de 120 soldats, selon l'OSDH.

Si lors de ses bombardements des zones rebelles, l'armée largue des barils d'explosifs de ses hélicoptères, touchant sans distinction les civils, elle utilise dans ses raids contre l'EI des chasseurs bombardiers tirant des missiles beaucoup plus précis.

Les raids contre l'EI en Syrie interviennent au moment où les Etats-Unis mènent depuis une dizaine de jours des frappes aériennes contre ce même groupe qui sévit dans le nord de l'Irak, où il mène une offensive fulgurante depuis début juin.

L'EI sème la terreur dans les territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak, punissant ses ennemis par des décapitations, des crucifixions et des flagellations.

Lundi, l'OSDH a rapporté qu'une dentiste a été "exécutée" par l'EI dans la province de Deir Ezzor après avoir été accusée "de créer une cellule d'espionnage au profit du régime syrien". D'après l'ONG, elle avait été kidnappée de sa clinique à Mayadeen, ville de la province sous contrôle de l'EI, avec quatre de ses amies, dont le sort reste inconnu. Son père a été informé par l'EI de l'exécution de sa fille.

ram/sk/faa

PLUS:hp