NOUVELLES

Sénégal: sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

17/08/2014 08:23 EDT | Actualisé 17/10/2014 05:12 EDT

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion indépendantiste, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

"Dix jeunes qui se rendaient à un mariage, à bord d'une charrette tractée par des boeufs, ont sauté samedi sur une mine" dans un village près de la frontière gambienne, a affirmé à l'AFP un élu local sous couvert d'anonymat.

Sept occupants du véhicule ont été tués et les trois autres ont été blessés au cours de cet incident survenu dans le département de Bignona, selon la même source.

Une source militaire dans la zone a confirmé à l'AFP ce bilan.

Les blessés ont été évacués à l'hôpital de Ziguinchor, la plus grande ville de Casamance, région du sud du Sénégal séparée du nord du pays par la Gambie.

"Nous avons récupéré des corps déchiquetés et des blessés graves", a affirmé à l'AFP une source hospitalière.

"Il y a longtemps que cette zone est minée. Le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste) s'oppose à son déminage", a indiqué la source militaire.

Le gouvernement sénégalais et le MFDC divergent sur le déminage de la Casamance, une région où ont été posées de nombreuses mines depuis le début de la rébellion en décembre 1982.

Le conflit a fait depuis plus trente ans de nombreuses victimes, notamment de mines antipersonnel, et des dizaines de milliers de déplacés et de réfugiés.

Douze démineurs avaient été enlevés en mai 2013 pendant plusieurs semaines par une faction du MFDC, qui protestait contre le déminage d'une zone proche de la Guinée-Bissau.

Dakar et le MFDC mènent des négociations de paix au Sénégal et à l'extérieur, sous l'égide notamment de la communauté catholique Sant'Egidio, qui s'est fait une spécialité des médiations discrètes de paix.

La Casamance connaît une accalmie depuis l'arrivée au pouvoir du président Macky Sall, qui a succédé en avril 2012 à Abdoulaye Wade. Depuis lors, les tractations pour parvenir à une solution à ce vieux conflit ont semblé retrouver une dynamique, en dépit de difficultés persistantes.

jl-mrb/tmo

PLUS:hp