DIVERTISSEMENT

Infected Mushroom vole la vedette au festival Île Soniq

17/08/2014 09:58 EDT | Actualisé 18/08/2014 10:18 EDT
FOTOimage

Si le nouveau festival montréalais a débuté sur une note plutôt grise vendredi, autant par rapport à la température qu'à la centaine d'arrestations pour possession de drogue, îleSoniq a prouvé avec sa première édition qu'il était capable de réunir des fans de musique électronique, dubstep, hip-hop, dance et techno de tous les horizons. Grâce à ce succès, Infected Mushroom a pu confirmer que sa popularité est loin de se tarir en attirant une foule monstre.

Samedi, le ciel était toujours aussi menaçant. Mais qu'à cela ne tienne, la bonne humeur était au rendez-vous! Après une fouille complète, les festivaliers ont pu profiter des nombreux spectacles. Et définitivement, c'est Infected Mushroom qui a volé la vedette à la Scène Mirage – pourtant située à l'autre bout de l'entrée du site. Choix douteux de la part du festival? Peut-être bien.

Programmé au même moment que Laidback Luke (sur la Scène Oasis, la plus grande et décorée du festival) et Caspa (qui jouait sur la petite Scène Néon, à mi-chemin entre les deux autres points de spectacles), le très populaire groupe, reconnu pour sa transe psychédélique unique, n'a toutefois eu aucun problème à attirer son lot d'admirateurs. Excités, presque impatients, les spectateurs ont acclamé le dynamique duo dès son entrée en scène, aux environs de 21h30.

Expérience folle pour les yeux et les oreilles

La formation israélienne a le don de créer l'événement : avec les installations qui la caractérisent – deux tables de DJs entourées de sphères qui sont intégrées à un écran – et des jeux de lumière impressionnants, Infected Mushroom a tôt fait d'enthousiasmer l'assistance. À travers la foule, on pouvait d'ailleurs entendre les exclamations face à la magnifique scène. Avec huit albums et une poignée d'EPs en poche depuis leur naissance en 1996 – dont les plus récents efforts : l'album Army of Mushrooms (2012) et l'EP Friends on Mushrooms Vol. 3 (2014) -, les artistes n'ont eu qu'à piger à travers les excellentes pièces de son répertoire pour faire danser (et même body surfer) les fêtards!

Le public conquis, pas du tout démonté par la pluie intermittente, a entre autres eu droit à des succès comme l'entraînante Never Mind – tiré d'Army of Mushrooms (2012)-, la marquante Heavyweight – pièce phare de Viscous Delicious (2007) – Cities of The Future – chanson aux beats lourds qui se retrouve sur IM the Supervisor (2004) - et une reprise très réussie de la pièce The Pretender du groupe Foo Fighters. En feu, Amit Duvdevani et Erez Eisen ont essuyé tout doute possible du revers de la main : l'heure était à la fête et à rien d'autre. Un mot à apposer à la performance? Wow. Un spectacle à voir une fois dans sa vie, si on en a la chance!

Les autres bons coups d'îleSoniq

Au courant de cette deuxième journée, plusieurs autres artistes ont valu le détour. Seven Lions n'a pas volé sa place sur la Scène Oasis : avec ses rythmes ultras entraînants et son enthousiasme débordant, le DJ a réussi à faire oublier la pluie à ses admirateurs.

Excellente prestation également de Kill The Noise (aka Jacob Stanczak), un DJ qui n'a plus à prouver son expertise par rapport au dubstep. Des gros noms comme Skrillex et Kanye West n'ont d'ailleurs pas hésité à collaborer par le passé avec le musicien, qui a su créer une belle ambiance sur la scène principale hier soir.

Tyga, qui a offert une performance sans fausse note, a apporté un vent de fraîcheur avec son hip-hop déjanté. Sympathique, celui qui a collaboré avec Chris Brown à quelques reprises a été bien accueilli du public!

île Soniq jour 2