NOUVELLES

Wall Street ouvre en hausse après des indicateurs mitigés

15/08/2014 10:22 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York a débuté la séance en hausse vendredi, digérant des indicateurs américains mitigés tout en gardant un oeil sur la situation en Ukraine: le Dow Jones gagnait 0,23% et le Nasdaq 0,48%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones s'appréciait de 37,86 points à 16.751,44 points et le Nasdaq de 21,56 points à 4.474,56 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,29%, ou 5,76 points, à 1.960,94 points.

Wall Street avait terminé déjà en hausse jeudi, misant sur une accalmie des tensions géopolitiques après des propos apaisants de Vladimir Poutine et occultant des nouvelles économiques peu encourageantes: le Dow Jones s'était adjugé 0,37% à 16.713,58 points et le Nasdaq 0,43% à 4.453,00 points.

Les indicateurs américains publiés avant l'ouverture de la séance reflètent une croissance qui peine à décoller vraiment.

La production industrielle aux Etats-Unis a ainsi continué de progresser en juillet pour le sixième mois consécutif.

Mais si l'activité manufacturière de la région de New York a continué de progresser en août, c'est à un rythme ralenti.

La hausse des prix à la production a par ailleurs été plus modérée que prévu aux Etats-Unis en juillet, après un rebond le mois précédent.

Ces statistiques s'ajoutent à d'autres chiffres sur l'économie américaine diffusés plus tôt dans la semaine en demi-teinte, comme la stagnation des ventes de détail en juillet ou l'augmentation plus importante que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage.

Tous ces chiffres "apaisent les craintes sur un éventuel relèvement plus tôt que prévu des taux d'intérêt par la Fed", la banque centrale américaine, ont souligné les analystes de Charles Schwab.

Il est désormais acquis que la Réserve fédérale mettra fin à l'automne à son programme de rachats massifs d'actifs sur les marchés. Mais les courtiers redoutent maintenant le moment où l'institution décidera de serrer les cordons et de commencer à relever les taux d'intérêt, actuellement proches de zéro pour inciter au crédit.

Quant aux risques géopolitiques qui planent sur le marché depuis le début de l'été, ils sont "sans conteste mixtes, avec des informations sur les véhicules blindés russes entrant en Ukraine et la crise des Yazidis qui semble s'apaiser" en Irak, ont relevé les analystes de Briefing.com.

A Bagdad, le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki a par ailleurs finalement accepté de céder le pouvoir, sous la pression d'une communauté internationale soucieuse de voir installé un nouveau pouvoir capable de faire face à l'offensive jihadiste et à la crise humanitaire qu'elle a engendrée.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,378% contre 2,400% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,165% contre 3,192% la veille.

jum/lo/are

PLUS:hp