NOUVELLES

Irak/Syrie: les principaux points de la résolution de l'ONU sur les jihadistes

15/08/2014 05:22 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

Voici les principaux points de la résolution adoptée vendredi par le Conseil de sécurité pour empêcher le recrutement et le financement des groupes jihadistes opérant en Syrie et en Irak.

Le Conseil de sécurité:

- se déclare "préoccupé par l'afflux de combattants terroristes étrangers qui rejoignent les rangs" de l'Etat islamique (EI) et du Front Al-Nosra et par "l'ampleur de ce phénomène".

- s'inquiète "de la menace persistante que représentent (ces groupes) pour la paix et Ia sécurité internationales" et réaffirme "sa détermination à faire front à cette menace sous tous ses aspects"

"Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations unies", qui prévoit l'usage de la force pour faire appliquer ses résolutions, le Conseil:

- "condamne dans les termes les plus forts les actes de terrorisme commis par l'EI et son idéologie extrémiste violente".

- "rappelle que les attaques généralisées ou systématiques dirigées contre des populations civiles en raison de leur origine ethnique, de leur appartenance politique, de leur religion ou de leur conviction peuvent constituer un crime contre l'humanité".

- exige que l'EI et Al-Nosra "mettent fin à tous les actes de violence et de terrorisme et qu'ils désarment et se dissolvent immédiatement".

- "demande à tous les Etats membres de prendre dses mesures nationales pour endiguer le flux de combattants terroristes étrangers" qui rejoignent les rangs des jihadistes.

- "condamne tout échange commercial direct ou indirect" avec l'EI, Al-Nosra et les autres groupes associés à Al-Qaida, et "réaffirme que ce type de transaction pourrait être considéré comme un appui financier" au terrorisme et donc donner lieu à des sanctions internationales.

- décide d'ajouter six individus à une liste noire de l'ONU qui recense les groupes ou personnes liés à Al-Qaïda. Ceux-ci sont soumis à des sanctions (gel d'avoirs, interdiction de voyager, embargo sur les armes).

- invite le comité qui gère cette procédure de sanctions à "envisager d'urgence" d'ajouter à la liste "de nouveaux individus et entités qui appuient l'EI et Al-Nosra".

- charge ce comité de présenter dans un délai de 90 jours un rapport sur "la menace que représentent pour la région" l'EI et Al-Nosra, sur la provenance de leurs armes, leur financement, leur recrutement et leurs effectifs et de "formuler des recommandations sur les mesures supplémentaires à prendre pour écarter cette menace".

avz/vog

PLUS:hp