NOUVELLES

Un nouveau groupe armé créé par des Touareg dans le nord du Mali

14/08/2014 03:51 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Un nouveau groupe armé se disant d'"autodéfense" a été créé par des Touareg dans le nord du Mali, où sont déjà actifs plusieurs mouvements rebelles engagés dans un processus de paix avec le gouvernement, a annoncé à l'AFP un de ses responsables.

"Nous venons de créer le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) pour défendre les intérêts de notre communauté dans le nord du Mali, notamment contre le MNLA", le Mouvement national de libération de l'Azawad (rébellion touareg), a déclaré Fahad Ag Almahmoud, son secrétaire général.

"Nous sommes pour le processus de paix, nous reconnaissons l'intégrité territoriale du Mali, et nous ne réclamons pas d'autonomie. Nous voulons travailler avec le gouvernement malien pour amener la stabilité du pays", a ajouté M. Ag Almahmoud.

Ce nouveau groupe revendique près d'un millier d'hommes. Selon des spécialistes, les Imghad sont une tribu majoritaire au sein des Touareg au Mali, qui comptent un peu plus d'un demi-million de personnes sur une population de 16,5 millions d'habitants.

L'offensive lancée en janvier 2012 par le MNLA contre l'armée dans le nord du Mali a entraîné le pays dans une profonde crise politico-militaire de 18 mois.

Cette crise a été marquée par la prise de contrôle du Nord par des groupes jihadistes alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), délogés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et toujours en cours.

Les jihadistes ont été affaiblis par cette intervention mais demeurent actifs dans ces régions.

En plus du MNLA, d'autres groupes armés sont présents dans le Nord, dont le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), le Mouvement arabe de l'Azawad-dissident (MAA-dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR).

Ces six mouvements sont engagés dans des discussions de paix avec Bamako, qui se déroulent à Alger. Ils y ont signé en juillet une feuille de route vers "la mise en place d'un cadre pour des négociations de paix".

Ces pourparlers doivent reprendre le 1er septembre.

Dans une lettre adressée à la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), le Gatia a demandé à prendre part aux prochaines discussions.

sd/cs/sst/sd

PLUS:hp